La firme de cyber-sécurité indienne Security Brigade a déclaré au journal américain qu'à coup sûr, cinq services gouvernementaux importants en Inde, dont une centrale nucléaire, ont été piratés ces derniers mois. Des fonctionnaires ont ouvert sans rien se douter des courriels d'hameçonnage (phishing), ce qui a permis à des agresseurs d'avoir accès aux systèmes informatiques. On ne sait pas clairement si les pirates voulaient mettre la main sur de la technologie ou de la connaissance, ou s'ils avaient des intentions de sabotage.

Les agresseurs auraient utilisé un logiciel nuisible appelé DarkSeoul. Il s'agirait là d'une arme du groupe de pirates nord-coréens Lazarus. Lazarus est également tenu pour responsable d'une intrusion numérique chez Sony en 2014. Le logiciel de rançonnage (ransomware) WannaCry, qui avait en 2017 verrouillé des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde, aurait lui aussi été conçu et exploité par Lazarus.

Début septembre de cette année, l'Inde a tenté d'être le quatrième pays au monde à faire alunir un engin spatial. L'atterrisseur a cependant perdu tout contact avec la Terre, ce qui laisse supposer qu'il s'est crashé.