Amazon aurait utilisé les données d'autres commerçants web recourant à sa plate-forme pour en tirer profit. L'entreprise américaine aurait pu en déduire par exemple des informations sur les produits populaires ou sur les habitudes d'achat de groupes-cibles.

La Commission européenne effectue depuis l'année dernière déjà une étude sur la question. La commissaire européenne Margrethe Vestager (en charge de la concurrence) avait déjà indiqué à plusieurs reprises que cette affaire exigerait probablement une enquête plus approfondie. Tant Amazon que la Commission n'ont pas voulu réagir à l'article de Bloomberg.

Pour Amazon, ce serait la troisième fois que l'UE s'en prend à elle. Il y a en effet déjà eu une enquête sur des accords fiscaux conclus par l'entreprise avec le Luxembourg. Ce pays a ensuite dû réclamer le versement de 250 millions d'euros de la part du géant du commerce en ligne à cause d'un accord fiscal illégitime du genre conclu en 2003. Et puis, il y a encore une affaire en appel toujours en cours. Dans une autre affaire encore en matière de concurrence à propos de livres électroniques (e-books) en 2016, Amazon ne s'était en fin de compte pas vu infliger d'amende.