De même, la propriété intellectuelle et la réputation de marque seront mieux protégés. Par ailleurs, les entreprises technologiques comme Tencent et Alibaba se verront interdire la possibilité d'empêcher techniquement leurs clients d'utiliser les services d'un concurrent.

La semaine dernière, les autorités chinoises ont également annoncé leur intention de voter dans les prochaines années une législation destiné à réguler certains domaines d'activité. Cela fait plusieurs années déjà que les grandes entreprises technologiques chinoises sont sous pression face à des règles toujours plus strictes édictées par les organismes chinois de surveillance. C'est ainsi que Pékin a imposé des mesures contre Alibaba et Tencent afin de limiter leur position de marché dominante. Ainsi, une amende de l'ordre de 2,4 milliards d'euros a été infligée à la boutique web Alibaba.

Entre-temps, d'autres entreprises technologiques chinoises sont clairement sous les feux des autorités chinoises, dont l'appli de taxis Didi. Peu après la cotation en Bourse de la société aux Etats-Unis, on a appris qu'une enquête de cybersécurité avait été lancée contre l'appli.

Le mois dernier, le gendarme des marchés imposait des règles aux fournisseurs chinois de repas afin qu'ils améliorent les conditions de travail de leur personnel. C'est ainsi que les routes de livraison ont dû être modifiées, tandis que des temps de livraison raisonnables ont été prévus.

Les entreprises actives dans le domaine des cours de rattrapage extrascolaires sont également dans le collimateur. Ainsi, les autorités chinoises leur interdisent de réaliser des bénéfices. Ce marché représente une valeur potentielle de l'ordre de 85 milliards d'euros.

De même, la propriété intellectuelle et la réputation de marque seront mieux protégés. Par ailleurs, les entreprises technologiques comme Tencent et Alibaba se verront interdire la possibilité d'empêcher techniquement leurs clients d'utiliser les services d'un concurrent.La semaine dernière, les autorités chinoises ont également annoncé leur intention de voter dans les prochaines années une législation destiné à réguler certains domaines d'activité. Cela fait plusieurs années déjà que les grandes entreprises technologiques chinoises sont sous pression face à des règles toujours plus strictes édictées par les organismes chinois de surveillance. C'est ainsi que Pékin a imposé des mesures contre Alibaba et Tencent afin de limiter leur position de marché dominante. Ainsi, une amende de l'ordre de 2,4 milliards d'euros a été infligée à la boutique web Alibaba. Entre-temps, d'autres entreprises technologiques chinoises sont clairement sous les feux des autorités chinoises, dont l'appli de taxis Didi. Peu après la cotation en Bourse de la société aux Etats-Unis, on a appris qu'une enquête de cybersécurité avait été lancée contre l'appli.Le mois dernier, le gendarme des marchés imposait des règles aux fournisseurs chinois de repas afin qu'ils améliorent les conditions de travail de leur personnel. C'est ainsi que les routes de livraison ont dû être modifiées, tandis que des temps de livraison raisonnables ont été prévus.Les entreprises actives dans le domaine des cours de rattrapage extrascolaires sont également dans le collimateur. Ainsi, les autorités chinoises leur interdisent de réaliser des bénéfices. Ce marché représente une valeur potentielle de l'ordre de 85 milliards d'euros.