A l'heure prévue, la fusée Longue-Marche 2F a quitté à 09h22 (03h22 HB) son pas de tir du Centre de lancement spatial de Jiuquan, dans le désert de Gobi (nord-ouest). Il s'agit du premier vol habité pour la Chine depuis près de cinq ans et d'un record de durée dans l'espace en perspective pour le géant asiatique: les trois astronautes, dont les noms n'ont été révélés que mercredi, vont rester trois mois en orbite.

Dans un contexte de tension avec l'Occident, la réussite de la mission est une question de prestige pour Pékin, qui s'apprête à célébrer le 1er juillet le centenaire du Parti communiste chinois (PCC). Appelée Tiangong ("Palais céleste"), la station spatiale chinoise, une fois terminée, sera semblable en taille à l'ex-station soviétique Mir (1986-2001). Sa durée de vie sera d'au moins 10 ans.

La Chine s'est résolue à construire sa propre station dans l'espace après le refus des Etats-Unis de la laisser participer à la Station spatiale internationale (ISS). Cette dernière -- qui réunit les Etats-Unis, la Russie, le Canada, l'Europe et le Japon -- doit prendre sa retraite en 2024, même si la Nasa a évoqué une prolongation possible au-delà de 2028.

A l'heure prévue, la fusée Longue-Marche 2F a quitté à 09h22 (03h22 HB) son pas de tir du Centre de lancement spatial de Jiuquan, dans le désert de Gobi (nord-ouest). Il s'agit du premier vol habité pour la Chine depuis près de cinq ans et d'un record de durée dans l'espace en perspective pour le géant asiatique: les trois astronautes, dont les noms n'ont été révélés que mercredi, vont rester trois mois en orbite.Dans un contexte de tension avec l'Occident, la réussite de la mission est une question de prestige pour Pékin, qui s'apprête à célébrer le 1er juillet le centenaire du Parti communiste chinois (PCC). Appelée Tiangong ("Palais céleste"), la station spatiale chinoise, une fois terminée, sera semblable en taille à l'ex-station soviétique Mir (1986-2001). Sa durée de vie sera d'au moins 10 ans.La Chine s'est résolue à construire sa propre station dans l'espace après le refus des Etats-Unis de la laisser participer à la Station spatiale internationale (ISS). Cette dernière -- qui réunit les Etats-Unis, la Russie, le Canada, l'Europe et le Japon -- doit prendre sa retraite en 2024, même si la Nasa a évoqué une prolongation possible au-delà de 2028.