Ledit projet a été baptisé Blockchain on the Move et est l'oeuvre de Digipolis (le fournisseur de services ICT de la ville), du gouvernement flamand (Informatie Vlaanderen), de V-ICT-OR et de la startup allemande Jolocom, qui y collabore en tant que partenaire.

Le concept est une identité autogérée (Self-Sovereign Identity, SSI), par laquelle le citoyen anversois sera lui-même gérant et propriétaire de ses données et de son identité. Il pourra ainsi choisir personnellement de partager ici ou là ses données validées.

Appli mobile

Le projet se trouve encore dans une phase précoce, mais il sera traduit dans la pratique au cours de l'année prochaine. L'application sera mise au point jusqu'en février. Dans la pratique, il s'agira d'une appli pour smarpthone, avec laquelle les citoyens pourront partager et gérer leurs données identitaires.

Pendant l'année, la ville expérimentera un premier use case, où le processus de déménagement (changement d'adresse) sera testé. Fin 2019, l'identité autogérée sera alors intégrée aux systèmes et à l'architecture des partenaires impliqués, avant d'être ouverte début 2020 à d'autres services publics et organisations privées.

Dans la version papier de Data News du 14 décembre, vous trouverez une interview de la directrice d'Informatie Vlaanderen. Nous y approfondirons les projets de chaîne de blocs au sein du gouvernement flamand.