Pa rapport à fin 2020, un ménage belge a consommé fin de l'année dernière 19 giga-octets par mois via la connexion internet fixe. En comparaison avec il y a trois ans, il s'agit d'un doublement. Cette hausse est en partie due à une évolution logique, mais le volume a également augmenté en raison de la crise du corona, durant laquelle beaucoup de gens ont suivi des visioconférences et des cours en ligne, ou ont procédé plus souvent à du streaming, ce qui a provoqué un plus important trafic de données.

Moins de téléphone, plus d'internet

En même temps, l'IBPT fait observer que nous délaissons encore plus notre ligne téléphonique fixe. Durant le corona, le trafic téléphonique vocal avait pourtant augmenté en 2020, mais avait fin 2021 de nouveau régressé de 19,7 pour cent à 5,18 milliards de minutes. C'est moins qu'en 2019, l'année de la pandémie. Aujourd'hui, 50,3 pour cent des ménages belges disposent d'une ligne téléphonique fixe.

Le nombre de connexions internet fixes a progressé en 2021 de 3,9 pour cent, dont 477.497 connexions à haut débit (71.000 de plus qu'il y a un an) se retrouvent sur le marché de gros. Il s'agit là de clients qui utilisent le réseau de Proximus (VDSL/fibre optique) ou de Telenet (coax), mais aussi un opérateur alternatif (Edpnet, Orange etc.).

La plupart d'entre eux se trouvent chez Orange, puisque 84 pour cent d'entre eux sont basés sur le réseau coax, à savoir des connexions qu'Orange loue à Telenet. Ici, le nombre a progressé d'1,5 pour cent. 15 pour cent de ces clients 'wholesale' ont opté pour le réseau cuivré (VDSL), alors que la fibre optique représente 1 pour cent de l'offre 'wholesale'.

En même temps, la plupart des clients restent solidement accrochés à leur fournisseur. Seuls 12,5 pour cent des clients TV en ont changé, et un sur quatre l'a fait via Easy Switch. L'IBPT signale que de nombreux clients optent pour des packs regroupant téléphonie, TV et internet fixe. Le segment des produits individuels ne représente ainsi seulement que 34 pour cent du marché télécom résidentiel total.

Pa rapport à fin 2020, un ménage belge a consommé fin de l'année dernière 19 giga-octets par mois via la connexion internet fixe. En comparaison avec il y a trois ans, il s'agit d'un doublement. Cette hausse est en partie due à une évolution logique, mais le volume a également augmenté en raison de la crise du corona, durant laquelle beaucoup de gens ont suivi des visioconférences et des cours en ligne, ou ont procédé plus souvent à du streaming, ce qui a provoqué un plus important trafic de données.En même temps, l'IBPT fait observer que nous délaissons encore plus notre ligne téléphonique fixe. Durant le corona, le trafic téléphonique vocal avait pourtant augmenté en 2020, mais avait fin 2021 de nouveau régressé de 19,7 pour cent à 5,18 milliards de minutes. C'est moins qu'en 2019, l'année de la pandémie. Aujourd'hui, 50,3 pour cent des ménages belges disposent d'une ligne téléphonique fixe.Le nombre de connexions internet fixes a progressé en 2021 de 3,9 pour cent, dont 477.497 connexions à haut débit (71.000 de plus qu'il y a un an) se retrouvent sur le marché de gros. Il s'agit là de clients qui utilisent le réseau de Proximus (VDSL/fibre optique) ou de Telenet (coax), mais aussi un opérateur alternatif (Edpnet, Orange etc.).La plupart d'entre eux se trouvent chez Orange, puisque 84 pour cent d'entre eux sont basés sur le réseau coax, à savoir des connexions qu'Orange loue à Telenet. Ici, le nombre a progressé d'1,5 pour cent. 15 pour cent de ces clients 'wholesale' ont opté pour le réseau cuivré (VDSL), alors que la fibre optique représente 1 pour cent de l'offre 'wholesale'.En même temps, la plupart des clients restent solidement accrochés à leur fournisseur. Seuls 12,5 pour cent des clients TV en ont changé, et un sur quatre l'a fait via Easy Switch. L'IBPT signale que de nombreux clients optent pour des packs regroupant téléphonie, TV et internet fixe. Le segment des produits individuels ne représente ainsi seulement que 34 pour cent du marché télécom résidentiel total.