IBM et l'université de Maastricht veulent entre autres exploiter cette technologie pour le Télescope Einstein. Il s'agit d'un détecteur d'ondes gravitationnelles, des vibrations dans les fondements de l'univers. Les Pays-Bas veulent construire un appareil faisant un kilomètre de long en-dessous des collines limbourgeoises, capable de détecter ce genre de mouvements minimes.

La technologie quantique aide aussi à améliorer le Large Hadron Collider, un vaste accélérateur de particules installé en Suisse. L'Universiteit Maastricht est impliquée dans cette recherche. Or ce genre d'appareil sophistiqué nécessite de puissants ordinateurs pour traiter et analyser l'énorme quantité de données collectées.

Q Network

Le projet d'IBM s'appelle le Q Network. Y adhèrent des universités telles Oxford et MIT, ainsi que des instituts tels le Los Alamos National Laboratory américain, là où la bombe atomique a été mise au point. Des firmes comme Samsung et Boeing collaborent également avec IBM.

Les ordinateurs actuels fonctionnent sur la base de bits, des combinaisons de zéros et de uns, alors que les ordinateurs quantiques recourent à des qubits, qui peuvent être simultanément des 0 ou des 1. Cela les rend infiniment plus véloces que les ordinateurs classiques les plus rapides du moment.

IBM et l'université de Maastricht veulent entre autres exploiter cette technologie pour le Télescope Einstein. Il s'agit d'un détecteur d'ondes gravitationnelles, des vibrations dans les fondements de l'univers. Les Pays-Bas veulent construire un appareil faisant un kilomètre de long en-dessous des collines limbourgeoises, capable de détecter ce genre de mouvements minimes.La technologie quantique aide aussi à améliorer le Large Hadron Collider, un vaste accélérateur de particules installé en Suisse. L'Universiteit Maastricht est impliquée dans cette recherche. Or ce genre d'appareil sophistiqué nécessite de puissants ordinateurs pour traiter et analyser l'énorme quantité de données collectées.Le projet d'IBM s'appelle le Q Network. Y adhèrent des universités telles Oxford et MIT, ainsi que des instituts tels le Los Alamos National Laboratory américain, là où la bombe atomique a été mise au point. Des firmes comme Samsung et Boeing collaborent également avec IBM.Les ordinateurs actuels fonctionnent sur la base de bits, des combinaisons de zéros et de uns, alors que les ordinateurs quantiques recourent à des qubits, qui peuvent être simultanément des 0 ou des 1. Cela les rend infiniment plus véloces que les ordinateurs classiques les plus rapides du moment.