Le réseau se composait, selon le SSU, de cinq 'bot farms', qui géraient conjointement plus de 100.000 comptes de médias sociaux. Ils auraient été exploités au départ de Charkiv, Tjerkasy, Ternopil et de la Transcarpatie. Leur objectif était de décourager les Ukrainiens et de semer la panique. Dans ce but, ils propageaient de fausses informations sur l'invasion russe et sur les conditions de la défense ukrainienne.

Le service de sécurité prétend dans un communiqué s'être introduit dans les 'bot farms' et avoir notamment mis la main sur 100 passerelles GSM, en plus de 10.000 cartes SIM et de divers ordinateurs portables et de terminaux SIM.

Le réseau se composait, selon le SSU, de cinq 'bot farms', qui géraient conjointement plus de 100.000 comptes de médias sociaux. Ils auraient été exploités au départ de Charkiv, Tjerkasy, Ternopil et de la Transcarpatie. Leur objectif était de décourager les Ukrainiens et de semer la panique. Dans ce but, ils propageaient de fausses informations sur l'invasion russe et sur les conditions de la défense ukrainienne.Le service de sécurité prétend dans un communiqué s'être introduit dans les 'bot farms' et avoir notamment mis la main sur 100 passerelles GSM, en plus de 10.000 cartes SIM et de divers ordinateurs portables et de terminaux SIM.