L'Europe veut savoir si Google a enfreint les règles européennes de la concurrence en accordant la priorité à ses propres services au détriment de ceux des concurrents. Elle va examiner aussi la façon dont Google traite les données.

L'enquête aura pour but de vérifier si Google s'est réservée à son propre usage l'accès aux données des utilisateurs à des fins publicitaires sur des sites web et dans des applis et n'a donc pas permis à des tiers d'y accéder. La commissaire européenne Margrethe Vestager, en charge de la politique concurrentielle, insiste sur le fait que les publicités en ligne constituent véritablement pour Google la base de monnayer ses services en ligne. Google collecte non seulement des données pour les utiliser ensuite à des fins de publicités ciblées, mais elle vend aussi de l'espace publicitaire et opère en tant qu'intermédiaire pour la publicité en ligne.

Hier déjà, l'agence Reuters signalait que ce type d'enquête était dans l'air, tout en ajoutant qu'elle démarrerait quelque part 'cette année'. L'activité publicitaire en ligne de Google représente un chiffre d'affaires de 147 milliards de dollars.

'Nous sommes préoccupés par le fait que Google rende assez difficile la vie des services publicitaires en ligne concurrents', déclare Vestager. Selon la Commission européenne, un terrain de jeu identique pour tous s'avère essentiel. Ceci vaut pour les annonceurs en vue d'atteindre les consommateurs, pour les consommateurs en vue d'atteindre les sites des éditeurs, et pour les éditeurs en vue de vendre de l'espace aux annonceurs pour générer des rentrées.

La durée de l'enquête n'est pas encore connue. Elle dépendra de plusieurs facteurs, dont la complexité de la question et la mesure selon laquelle les entreprises collaboreront avec la Commission.

L'Europe veut savoir si Google a enfreint les règles européennes de la concurrence en accordant la priorité à ses propres services au détriment de ceux des concurrents. Elle va examiner aussi la façon dont Google traite les données.L'enquête aura pour but de vérifier si Google s'est réservée à son propre usage l'accès aux données des utilisateurs à des fins publicitaires sur des sites web et dans des applis et n'a donc pas permis à des tiers d'y accéder. La commissaire européenne Margrethe Vestager, en charge de la politique concurrentielle, insiste sur le fait que les publicités en ligne constituent véritablement pour Google la base de monnayer ses services en ligne. Google collecte non seulement des données pour les utiliser ensuite à des fins de publicités ciblées, mais elle vend aussi de l'espace publicitaire et opère en tant qu'intermédiaire pour la publicité en ligne.Hier déjà, l'agence Reuters signalait que ce type d'enquête était dans l'air, tout en ajoutant qu'elle démarrerait quelque part 'cette année'. L'activité publicitaire en ligne de Google représente un chiffre d'affaires de 147 milliards de dollars.'Nous sommes préoccupés par le fait que Google rende assez difficile la vie des services publicitaires en ligne concurrents', déclare Vestager. Selon la Commission européenne, un terrain de jeu identique pour tous s'avère essentiel. Ceci vaut pour les annonceurs en vue d'atteindre les consommateurs, pour les consommateurs en vue d'atteindre les sites des éditeurs, et pour les éditeurs en vue de vendre de l'espace aux annonceurs pour générer des rentrées.La durée de l'enquête n'est pas encore connue. Elle dépendra de plusieurs facteurs, dont la complexité de la question et la mesure selon laquelle les entreprises collaboreront avec la Commission.