On sait depuis assez longtemps déjà que la Russie utilise toutes sortes de cyber-agents, mais voici à présent que l'UE pointe spécifiquement ce pays du doigt en raison de la campagne Ghostwriter. Voilà ce qu'elle annonce dans un communiqué de presse. Durant cette campagne, plusieurs parlementaires, collaborateurs de services publics, politiciens et journalistes ont été attaqués. C'est ainsi qu'on est entrée par effraction dans leurs ordinateurs et comptes personnels. Des données y auraient également été dérobées, selon le Conseil européen.

Dans le communiqué, le Conseil ajoute que 'd'autres mesures' seront prises, mais sans les préciser davantage. Il n'a pas non plus explicité des incidents spécifiques, mais semble avoir été spécifiquement inspiré par les élections législatives qui se sont tenues ce dernier week-end en Allemagne. Plus tôt ce mois-ci déjà, ce pays avait annoncé que la campagne Ghostwriter exploitait des 'cyber-attaques traditionnelles, combinées à de la désinformation', pour impacter les élections. Le pays relie la campagne en question au service d'espionnage militaire russe GRU.

On sait depuis assez longtemps déjà que la Russie utilise toutes sortes de cyber-agents, mais voici à présent que l'UE pointe spécifiquement ce pays du doigt en raison de la campagne Ghostwriter. Voilà ce qu'elle annonce dans un communiqué de presse. Durant cette campagne, plusieurs parlementaires, collaborateurs de services publics, politiciens et journalistes ont été attaqués. C'est ainsi qu'on est entrée par effraction dans leurs ordinateurs et comptes personnels. Des données y auraient également été dérobées, selon le Conseil européen.Dans le communiqué, le Conseil ajoute que 'd'autres mesures' seront prises, mais sans les préciser davantage. Il n'a pas non plus explicité des incidents spécifiques, mais semble avoir été spécifiquement inspiré par les élections législatives qui se sont tenues ce dernier week-end en Allemagne. Plus tôt ce mois-ci déjà, ce pays avait annoncé que la campagne Ghostwriter exploitait des 'cyber-attaques traditionnelles, combinées à de la désinformation', pour impacter les élections. Le pays relie la campagne en question au service d'espionnage militaire russe GRU.