La division en charge de la concurrence à la Commission européenne a annoncé avoir effectué des descentes chez des fabricants, distributeurs et vendeurs de matériel, suspectés d'accords de prix tacites destinées à limiter les ventes en ligne. "Ce genre d'accord peut générer une augmentation des prix ou une disponibilité moindre de produits sur les canaux de vente en ligne", affirme Joaquin Almunia de la division antitrust.

La Commission ne précise pas de quelles entreprises il s'agit. Media Markt/Saturn a cependant déjà signalé à l'agence de presse Bloomberg avoir reçu la visite des autorités, tout comme l'entreprise allemande Metro.

En outre, l'inspection aurait également débarqué chez Samsung, même si cela n'a pas été confirmé officiellement.

Un contrôle similaire est aussi en cours chez Apple à Bruxelles et à Paris. Le fabricant de l'iPhone est en effet suspecté d'avoir entravé les ventes de revendeurs.