"On a pris la décision, en réunion de crise, de débrider le réseau mais uniquement pour les antennes aux alentours de Maelbeek et de Zaventem, explique François Bailly, porte-parole de l'opérateur. "La norme est là, mais on s'est dit que ce qui se passait était plus important et cela nous a permis de gagner 30% de capacité de réseau."

Le réseau Proximus a, ce jour-là, été quasi paralysé ne permettant plus qu'une moyenne d'un appel sur dix. L'opérateur affirme qu'il s'agissait de saturation. (Belga/WK)