L'OCDE affirme qu'à partir de quatre opérateurs, il y a plus d'innovations sur le marché et ce, même si l'organisation est bien consciente qu'un quatrième réseau impliquant des pylônes d'antennes dans tout le pays n'est pas évident partout. Dans ces états-là, l'on pourrait alors cibler un réseau partagé, mais les acteurs devraient néanmoins pouvoir travailler indépendamment les uns des autres et ce, tant sur le plan technique que commercial.

Les pays, où l'on retrouve plus de trois opérateurs mobiles, affichent, selon l'OCDE, plus d'inclusivité, davantage de concurrence et de meilleures offres à des prix réduits, voire des produits de qualité supérieure pour le même prix. Et d'évoquer ici le cas de la France et d'Israël qui n'ont lancé des offres illimitées qu'après l'arrivée d'un quatrième acteur de réseau.

Selon l'organisation, les régulateurs tiennent déjà compte du besoin de concurrence. C'est ainsi que si Telefonica et e-Plus ont pu fusionner en Allemagne, cela ne fut autorisé que s'il restait suffisamment d'espace pour des acteurs virtuels (MVNO) et de nouveaux venus.

Vous découvrirez ici le communiqué de l'OCDE. Quant au rapport 'Wireless Market Structures and Network Sharing' complet, vous le trouverez ici.

L'OCDE affirme qu'à partir de quatre opérateurs, il y a plus d'innovations sur le marché et ce, même si l'organisation est bien consciente qu'un quatrième réseau impliquant des pylônes d'antennes dans tout le pays n'est pas évident partout. Dans ces états-là, l'on pourrait alors cibler un réseau partagé, mais les acteurs devraient néanmoins pouvoir travailler indépendamment les uns des autres et ce, tant sur le plan technique que commercial. Les pays, où l'on retrouve plus de trois opérateurs mobiles, affichent, selon l'OCDE, plus d'inclusivité, davantage de concurrence et de meilleures offres à des prix réduits, voire des produits de qualité supérieure pour le même prix. Et d'évoquer ici le cas de la France et d'Israël qui n'ont lancé des offres illimitées qu'après l'arrivée d'un quatrième acteur de réseau.Selon l'organisation, les régulateurs tiennent déjà compte du besoin de concurrence. C'est ainsi que si Telefonica et e-Plus ont pu fusionner en Allemagne, cela ne fut autorisé que s'il restait suffisamment d'espace pour des acteurs virtuels (MVNO) et de nouveaux venus.Vous découvrirez ici le communiqué de l'OCDE. Quant au rapport 'Wireless Market Structures and Network Sharing' complet, vous le trouverez ici.