Intel entend ces prochaines années investir des dizaines de milliards dans des fabriques de puces en Europe, alors que cette dernière veut être moins dépendante des livraisons de puces asiatiques. Il en résulte qu'Intel a plus tôt cette année déjà annoncé la construction d'une toute nouvelle usine à Magdebourg, en Allemagne. Mais l'Italie avait également été citée. Or voici que le projet devient à présent très concret.

Selon deux sources de l'agence de presse Reuters, le premier ministre sortant Draghi préparerait un accord pour la fin août, juste avant les élections prévues le 25 septembre.

Pour l'occasion, les Italiens puiseront profondément dans leur portemonnaie, puisque quarante pour cent de l'investissement initial de 5 milliards de dollars émaneraient des autorités transalpines, même si l'investissement total sera nettement plus élevé au fil des années.

On ne connaît actuellement pas beaucoup d'autres détails sur cette transaction, à cette exception près qu'il ne s'agirait pas d'une fabrique comme celle de Magdebourg, mais bien de ce qu'on appelle une unité d'assemblage et d'emballage sophistiquée, où les composants de puces complexes sont transformés en produit final.

Intel entend ces prochaines années investir des dizaines de milliards dans des fabriques de puces en Europe, alors que cette dernière veut être moins dépendante des livraisons de puces asiatiques. Il en résulte qu'Intel a plus tôt cette année déjà annoncé la construction d'une toute nouvelle usine à Magdebourg, en Allemagne. Mais l'Italie avait également été citée. Or voici que le projet devient à présent très concret.Selon deux sources de l'agence de presse Reuters, le premier ministre sortant Draghi préparerait un accord pour la fin août, juste avant les élections prévues le 25 septembre.Pour l'occasion, les Italiens puiseront profondément dans leur portemonnaie, puisque quarante pour cent de l'investissement initial de 5 milliards de dollars émaneraient des autorités transalpines, même si l'investissement total sera nettement plus élevé au fil des années.On ne connaît actuellement pas beaucoup d'autres détails sur cette transaction, à cette exception près qu'il ne s'agirait pas d'une fabrique comme celle de Magdebourg, mais bien de ce qu'on appelle une unité d'assemblage et d'emballage sophistiquée, où les composants de puces complexes sont transformés en produit final.