Selon diverses sources de l'agence Reuters, le but est que la partie finale du réseau (qui s'étend de l'armoire en rue jusqu'aux habitations) de Telecom Italia soit associée à Open Fiber, un acteur 'wholesale' appartenant partiellement aux pouvoirs publics. Le gouvernement cible ainsi un réseau unique qui, avec l'aide de subsides européens, puisse devenir un réseau à fibre optique d'ici 2025.

Dans ce projet, Telecom Italia deviendrait l'actionnaire principal de la nouvelle organisation, tout en donnant un accès égal aux autres acteurs (concurrents). L'infrastructure réseautique serait donc ouverte à tout le monde. Le régulateur s'en trouverait également renforcé et pourrait ainsi contrôler la politique d'investissement de l'opérateur.

Telecom Italia continuerait cependant d'exercer un contrôle complet sur ses autres branches: le réseau mobile, le réseau de détail ('retail'), l'activité des centres de données et l'épine dorsale (backbone) du réseau.

Ce projet se manifeste au moment où Telecom Italia revendrait sa participation minoritaire dans le 'last mile network' au fonds américain KKR & Co. Une transaction qui est désormais postposée jusqu'à la fin du mois, pour développer plus avant ledit projet.

Selon diverses sources de l'agence Reuters, le but est que la partie finale du réseau (qui s'étend de l'armoire en rue jusqu'aux habitations) de Telecom Italia soit associée à Open Fiber, un acteur 'wholesale' appartenant partiellement aux pouvoirs publics. Le gouvernement cible ainsi un réseau unique qui, avec l'aide de subsides européens, puisse devenir un réseau à fibre optique d'ici 2025.Dans ce projet, Telecom Italia deviendrait l'actionnaire principal de la nouvelle organisation, tout en donnant un accès égal aux autres acteurs (concurrents). L'infrastructure réseautique serait donc ouverte à tout le monde. Le régulateur s'en trouverait également renforcé et pourrait ainsi contrôler la politique d'investissement de l'opérateur.Telecom Italia continuerait cependant d'exercer un contrôle complet sur ses autres branches: le réseau mobile, le réseau de détail ('retail'), l'activité des centres de données et l'épine dorsale (backbone) du réseau.Ce projet se manifeste au moment où Telecom Italia revendrait sa participation minoritaire dans le 'last mile network' au fonds américain KKR & Co. Une transaction qui est désormais postposée jusqu'à la fin du mois, pour développer plus avant ledit projet.