Etant donné que le siège européen de Facebook se situe en Irlande, l'Irish Data Protection Commissioner est le régulateur européen habilité à examiner les activités du réseau social à la loupe. L'organisation va donc enquêter pour savoir si, après la fuite annoncée vendredi dernier, mais aussi à cause d'autres bévues récentes, Facebook n'a pas enfreint la loi européenne sur le respect de la vie privée.

Facebook annonce par le truchement de l'agence de presse Reuters qu'elle va collaborer à cette enquête. Elle informera individuellement les personnes touchées.

Le réseau social avait révélé vendredi soir qu'il était possible qu'entre le 13 et le 25 septembre, des applis aient eu accès à des photos privées de quelque 6,8 millions d'utilisateurs. Le contrôleur irlandais du respect de la vie privée examinera probablement aussi si Facebook a bien informé du problème les autorités dans les 72 heures qui ont suivi, étant donné que le bug date du mois de septembre déjà.