Le modèle AI repose sur les données collectées par l'appli Covid Symptom Study. Via cette appli, des millions d'utilisateurs indiquent leur état de santé, en ce compris des symptômes comme une toux persistante, de la fièvre, de la fatigue et la perte du goût ou de l'odorat.

Pour développer le test, les chercheurs ont exploité les données de santé de quasiment 2,5 millions d'utilisateurs de l'appli en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Un tiers d'entre eux environ ont fait part de symptômes liés au covid-19. Parmi ces personnes, 18.374 ont signalé qu'elles avaient fait l'objet d'un test, qui s'était révélé positif chez 7.178 d'entre elles.

Odorat et goût

Les chercheurs ont examiné les symptômes qui pouvaient être le plus probablement associés à un test positif. Contrairement à un rhume ou à une grippe, il s'emble s'agir d'un large éventail de symptômes. En l'occurrence, la perte de l'odorat et du goût semblait sous-estimée et s'avérait plus déterminante que la fièvre en tant que facteur prédictif du covid-19.

C'est à partir de là qu'un modèle a été mis au point, qui est capable de prévoir avec une certitude de quasiment 80 pour cent si un individu est contaminé ou non. La méthode, qui a été publiée dans la revue médicale Nature Medicine, tient compte de l'âge, du sexe et d'une combinaison de quatre facteurs-clés: perte des sens de l'odorat et du goût, toux importante ou persistante, fatigue et saut de repas.

Appliqué sur les 800.000 utilisateurs de l'appli ayant signalé les symptômes, le système a diagnostiqué que 17,42 pour cent d'entre eux étaient probablement infectés par le coronavirus. (IPS)

Le modèle AI repose sur les données collectées par l'appli Covid Symptom Study. Via cette appli, des millions d'utilisateurs indiquent leur état de santé, en ce compris des symptômes comme une toux persistante, de la fièvre, de la fatigue et la perte du goût ou de l'odorat.Pour développer le test, les chercheurs ont exploité les données de santé de quasiment 2,5 millions d'utilisateurs de l'appli en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Un tiers d'entre eux environ ont fait part de symptômes liés au covid-19. Parmi ces personnes, 18.374 ont signalé qu'elles avaient fait l'objet d'un test, qui s'était révélé positif chez 7.178 d'entre elles.Les chercheurs ont examiné les symptômes qui pouvaient être le plus probablement associés à un test positif. Contrairement à un rhume ou à une grippe, il s'emble s'agir d'un large éventail de symptômes. En l'occurrence, la perte de l'odorat et du goût semblait sous-estimée et s'avérait plus déterminante que la fièvre en tant que facteur prédictif du covid-19.C'est à partir de là qu'un modèle a été mis au point, qui est capable de prévoir avec une certitude de quasiment 80 pour cent si un individu est contaminé ou non. La méthode, qui a été publiée dans la revue médicale Nature Medicine, tient compte de l'âge, du sexe et d'une combinaison de quatre facteurs-clés: perte des sens de l'odorat et du goût, toux importante ou persistante, fatigue et saut de repas.Appliqué sur les 800.000 utilisateurs de l'appli ayant signalé les symptômes, le système a diagnostiqué que 17,42 pour cent d'entre eux étaient probablement infectés par le coronavirus. (IPS)