"De plus en plus de noms de domaine sont détournés à cause de propriétaires de sites qui oublient de renouveler leur nom de domaine", explique Chantal De Pauw, la porte-parole du SPF Economie. "Il y a soudain un webshop avec des produits contrefaits qui arrivent sur le nom de domaine d'un restaurant, d'un notaire ou d'un bar à ongles. Les fraudeurs usurpent ainsi la popularité d'anciens sites internet sur ces noms de domaine."

Les inspecteurs constatent que la plupart des produits contrefaits vendus via ces sites détournés sont envoyés depuis la Chine. Si les faussaires font enregistrer un nom de domaine .be ou .eu, ils utilisent en général des fausses données d'identité qu'ils ont volées.

L'Inspection économique recherche de plus en plus de sa propre initiative des sites de contrefaçon pour les supprimer ensuite le plus rapidement possible. Mais elle reçoit également beaucoup de dénonciations de consommateurs et d'entreprises via pointdecontact.belgique.be.

"De plus en plus de noms de domaine sont détournés à cause de propriétaires de sites qui oublient de renouveler leur nom de domaine", explique Chantal De Pauw, la porte-parole du SPF Economie. "Il y a soudain un webshop avec des produits contrefaits qui arrivent sur le nom de domaine d'un restaurant, d'un notaire ou d'un bar à ongles. Les fraudeurs usurpent ainsi la popularité d'anciens sites internet sur ces noms de domaine." Les inspecteurs constatent que la plupart des produits contrefaits vendus via ces sites détournés sont envoyés depuis la Chine. Si les faussaires font enregistrer un nom de domaine .be ou .eu, ils utilisent en général des fausses données d'identité qu'ils ont volées. L'Inspection économique recherche de plus en plus de sa propre initiative des sites de contrefaçon pour les supprimer ensuite le plus rapidement possible. Mais elle reçoit également beaucoup de dénonciations de consommateurs et d'entreprises via pointdecontact.belgique.be.