Dans l'ensemble, les participants à notre enquête salaires sont relativement loyaux. Ainsi, 65 % n'ont pas recherché un autre emploi l'an dernier, les autres 35 % cherchant soit via une lettre de candidature, soit via un chasseur de têtes. " L'on constate aussi qu'ils ne doivent pas chercher activement, car ils sont souvent sollicités par des chasseurs de têtes ", analyse Luc Gaillet, compensation & benefits manager chez RealDolmen. Et son analyse se confirme : environ un cinquième (22,1%) des participants a été contacté cette année par un cabinet de recrutement. Un pourcentage élevé qui est spécifique au secteur IT. Car là où dans d'autres secteurs, ce sont surtout des profils expérimentés qui sont démarchés, des profils bien plus jeunes intéressent également l'IT. " Cela titille évidemment l'ego ", note Gaillet.
...