L'imec et l'université de Singapour envisagent de créer des puces de sécurisation de l'ère 'post quantique'. L'objectif est de protéger la cryptographie actuelle contre les ordinateurs quantiques.

L'on craint en effet que ces ordinateurs quantiques réussissent à l'avenir à 'craquer' la cryptographie actuelle, sur laquelle repose quasiment toute la sécurité logicielle et matérielle. Au niveau des solutions envisagées, on cite surtout des technologies telles la 'quantum key distribution' (QKD) et la production de chiffres aléatoires (QRNG).

Le problème, c'est que nombre de ces solutions sont basées sur des théories qui n'ont pas encore été complètement démontrées. Selon l'imec et le NUS, le hardware offre par conséquent une meilleure solution, parce que dans ce cas, la sécurité repose sur les lois de la physique. L'objectif est de préparer dans les cinq prochaines années des implémentations technologiques abordables et pratiques. Les deux organisations commenceront par développer une puce QRNG, avant de concevoir ultérieurement aussi un transmetteur quantique photonique.

A lire aussi: Jaya Baloo: 'Les algorithmes actuels ne seront plus sûrs'