Il s'agit de montres connectées, d'oreillettes Bluetooth, de jouets radiocommandés (tels des drones), mais aussi d'appareils ménagers intelligents ou de télécommandes. Toutes et tous utilisent des fréquences radio, mais doivent respecter la Radio Equipment Directive (RED). Cet ensemble de règles a pour but d'éviter que l'utilisation d'un gadget de ce genre soit peu sûre ou perturbe le bon fonctionnement d'autres appareils, comme par exemple des smartphones, radars, appareils de navigation et autres radiocommandés.

Le régulateur télécom pointe deux choses avant d'acheter un appareil: la signalétique CE et l'attestation de conformité. Ces deux éléments indiquent qu'un appareil a été testé par le fabricant et qu'il respecte la RED. Mais l'IBPT signale que les importateurs et négociants de produits issus de pays hors UE ont aussi l'obligation de contrôler l'existence d'une attestation de conformité.

Qui plus est, l'IBPT effectue lui-même des contrôles et dresse des PV, si des infractions sont constatées. C'est ainsi qu'en 2018, 405 PV ont été infligés après contrôle et 1.228 produits confisqués. A l'époque, 652 points de vente, 65 importateurs et grossistes, 6 installateurs et deux fabricants ont été contrôlés en tout.

Cette année, le nombre de contrôles est en augmentation, puisqu'on en est déjà à 1.246. Les négociants qui importent des produits fonctionnant sur des fréquences radio non réglementaires, risquent une amende d'un montant pouvant aller de 400 à 400.000 euros, ainsi que la destruction des appareils en question.