En 2013, des cybercriminels avaient fait main basse notamment sur des noms, mots de passe et numéros de téléphone d'utilisateurs de Yahoo. La société mère de cette dernière, Verizon, a révélé le mois dernier que la fuite de données avait probablement touché 3 milliards de comptes. Des inconnus avaient en 2014 aussi dérobé les données d'un demi-milliard de comptes de Yahoo.

Lors de son audition, Mayer a pointé un doigt accusateur vers les Russes. "Nous savons à présent que des fonctionnaires des renseignements russes et des pirates sponsorisés par le gouvernement russe ont lancé des attaques extrêmement complexes et sophistiquées contre les systèmes de Yahoo", a-t-elle affirmé.

L'ex-directrice a encore ajouté que Yahoo n'avait pu déterminer comment les cybercriminels avaient pu pénétrer dans les serveurs de l'entreprise en 2013. Pour elle, même une "robuste sécurité numérique n'est pas suffisante pour contrer des hackers soutenus par des autorités". (ANP)