Broadcom déboursera 18,9 millions de dollars pour la reprise qui avait annoncée en juillet. Ce rachat devrait orienter le modèle d'activité de Broadcom dans une nouvelle direction. Précédemment, l'entreprise avait aussi tenté de reprendre Qualcomm, mais cette transaction fut rejetée par le président américain Trump, sous prétexte que Broadcom, malgré une présence aux Etats-Unis, est d'origine étrangère.

L'Europe était la dernière autorité à devoir encore approuver le rachat. Broadcom s'attend à ce que l'accord soit finalisé formellement d'ici le 5 novembre.