En 2019, Huawei a enregistré un bénéfice net de 62,7 milliards de yuans (8,06 milliards d'euros). Cela représente une hausse de 5,6 pour cent, tout en étant le résultat le plus faible depuis trois ans, fait observer l'agence Reuters. Par comparaison, l'année dernière, l'entreprise avait réalisé une croissance de 25 pour cent de son bénéfice.

Le chiffre d'affaires de l'entreprise a progressé de 19,1 pour cent à 858,8 milliards de yuans, soit 110,45 milliards d'euros. Cela paraît relativement positif, mais tel n'est pas le cas, quand on sait que lors du premier semestre de 2019, l'entreprise avait encore enregistré une hausse de 23,2 pour cent de son chiffre d'affaires. Le second semestre de 2019, après l'embargo imposé par les Etats-Unis à l'entreprise, s'est donc nettement moins bien déroulé.

L'activité 'carrier', dont dépend notamment les infrastructures télécoms telles le matériel 5G, a crû de 3,8 pour cent à 296,7 milliards de yuans (38,16 milliards d'euros) et a représenté un tiers des rentrées environ. L'activité 'consumer' (principalement les smartphones) représente toujours plus de la moitié du chiffre d'affaires et a même progressé de 34 pour cent à 467,3 milliards de yuans (60,12 milliards d'euros). Quant à l'activité 'enterprise', dont dépendent les services dans le nuage notamment, elle a augmenté de 8,6 pour cent à 89,7 milliards de yuans (11,54 milliards d'euros).

., Huawei
. © Huawei

La Chine progresse, le reste régresse

Cette croissance est quasi entièrement due au marché chinois, où Huawei a progressé de 36,2 pour cent. Dans le reste de la zone Asie-Pacifique, hors Chine, l'entreprise a vu son chiffre d'affaires régresser de 13,9 pour cent. En Europe, Afrique et au Moyen-Orient, le chiffre d'affaires est demeuré en grande partie stable avec une légère croissance de 0,7 pour cent. Il n'y a que dans la région des Amériques, principalement en Amérique centrale et du Sud que l'entreprise a encore pu progresser de 9,6 pour cent.

Le fait qu'Huawei croît moins vite, est surtout dû à l'embargo américain contre l'entreprise. C'est pourquoi elle ne peut plus faire tourner des applis et services de Google sur ses smartphones. Il en résulte qu'Huawei a déjà lancé plusieurs smartphones, tels le récent P40, sans Android, mais aussi sans différentes applis (Whatsapp, Facebook, applis bancaires, etc.).

Les Etats-Unis continuent du reste de mettre la pression sur plusieurs gouvernements dans le monde pour qu'ils excluent Huawei en tant que fournisseur de réseaux, parce que l'entreprise se livrerait à de l'espionnage pour le compte des autorités chinoises. Ce sont là des affirmations que les Etats-Unis répètent très souvent, mais sans jamais apporter la moindre preuve.

2020 sera plus compliqué

Chez Huawei, on déclare que la furie américaine et l'actuelle crise corona feront en sorte que l'année 2020 sera plus difficile. Mais l'entreprise suggère aussi qu'il pourrait y avoir des sanctions chinoises contre les Etats-Unis.

"Le gouvernement chinois ne va pas se contenter de regarder comment Huawei se fait traiter", affirme le président Eric Xu lors de l'annonce des résultats de son entreprise. "Pourquoi les autorités chinoises ne banniraient-elles pas à leur tour les puces ou stations de base 5G, mais aussi les smartphones et d'autres appareils d'entreprises américaines pour des raisons de sécurité?" L'entreprise n'exclut pas non plus que des entreprises chinoises remplacent à terme les puces américaines par des alternatives provenant d'acteurs chinois ou d'autres pays.

En 2019, Huawei a enregistré un bénéfice net de 62,7 milliards de yuans (8,06 milliards d'euros). Cela représente une hausse de 5,6 pour cent, tout en étant le résultat le plus faible depuis trois ans, fait observer l'agence Reuters. Par comparaison, l'année dernière, l'entreprise avait réalisé une croissance de 25 pour cent de son bénéfice.Le chiffre d'affaires de l'entreprise a progressé de 19,1 pour cent à 858,8 milliards de yuans, soit 110,45 milliards d'euros. Cela paraît relativement positif, mais tel n'est pas le cas, quand on sait que lors du premier semestre de 2019, l'entreprise avait encore enregistré une hausse de 23,2 pour cent de son chiffre d'affaires. Le second semestre de 2019, après l'embargo imposé par les Etats-Unis à l'entreprise, s'est donc nettement moins bien déroulé.L'activité 'carrier', dont dépend notamment les infrastructures télécoms telles le matériel 5G, a crû de 3,8 pour cent à 296,7 milliards de yuans (38,16 milliards d'euros) et a représenté un tiers des rentrées environ. L'activité 'consumer' (principalement les smartphones) représente toujours plus de la moitié du chiffre d'affaires et a même progressé de 34 pour cent à 467,3 milliards de yuans (60,12 milliards d'euros). Quant à l'activité 'enterprise', dont dépendent les services dans le nuage notamment, elle a augmenté de 8,6 pour cent à 89,7 milliards de yuans (11,54 milliards d'euros).La Chine progresse, le reste régresseCette croissance est quasi entièrement due au marché chinois, où Huawei a progressé de 36,2 pour cent. Dans le reste de la zone Asie-Pacifique, hors Chine, l'entreprise a vu son chiffre d'affaires régresser de 13,9 pour cent. En Europe, Afrique et au Moyen-Orient, le chiffre d'affaires est demeuré en grande partie stable avec une légère croissance de 0,7 pour cent. Il n'y a que dans la région des Amériques, principalement en Amérique centrale et du Sud que l'entreprise a encore pu progresser de 9,6 pour cent.Le fait qu'Huawei croît moins vite, est surtout dû à l'embargo américain contre l'entreprise. C'est pourquoi elle ne peut plus faire tourner des applis et services de Google sur ses smartphones. Il en résulte qu'Huawei a déjà lancé plusieurs smartphones, tels le récent P40, sans Android, mais aussi sans différentes applis (Whatsapp, Facebook, applis bancaires, etc.).Les Etats-Unis continuent du reste de mettre la pression sur plusieurs gouvernements dans le monde pour qu'ils excluent Huawei en tant que fournisseur de réseaux, parce que l'entreprise se livrerait à de l'espionnage pour le compte des autorités chinoises. Ce sont là des affirmations que les Etats-Unis répètent très souvent, mais sans jamais apporter la moindre preuve.2020 sera plus compliquéChez Huawei, on déclare que la furie américaine et l'actuelle crise corona feront en sorte que l'année 2020 sera plus difficile. Mais l'entreprise suggère aussi qu'il pourrait y avoir des sanctions chinoises contre les Etats-Unis."Le gouvernement chinois ne va pas se contenter de regarder comment Huawei se fait traiter", affirme le président Eric Xu lors de l'annonce des résultats de son entreprise. "Pourquoi les autorités chinoises ne banniraient-elles pas à leur tour les puces ou stations de base 5G, mais aussi les smartphones et d'autres appareils d'entreprises américaines pour des raisons de sécurité?" L'entreprise n'exclut pas non plus que des entreprises chinoises remplacent à terme les puces américaines par des alternatives provenant d'acteurs chinois ou d'autres pays.