Selon le journal britannique The Telegraph, des spécialistes en éthique et des théologiens vont participer à la recherche. La question est de savoir si le fonds d'investissement de l'Eglise britannique, qui dispose de nombreux milliards, doit prendre des participations dans des firmes telles Amazon, Facebook et Google.

Grâce à différents fonds, The Church of England possède quasiment 12 milliards de livres (14,1 milliards d'euros) qu'elle souhaite investir. Précédemment, l'Eglise a joué un rôle de pionnier dans le mouvement consistant à revendre des participations dans des entreprises ne respectant pas les règles éthiques et environnementales et ne faisant rien pour lutter contre le réchauffement climatique.

La société mère de Google, Alphabet, a fait partie ces deux dernières années des participations en actions les plus rentables de The Church of England. Amazon figurait aussi sur cette liste en 2017. Cette entreprise - mais aussi d'autres firmes technologiques - ont cependant fait l'objet de critiques de la part des dirigeants de l'Eglise en raison de présumées évasions fiscales.

Selon le journal britannique The Telegraph, des spécialistes en éthique et des théologiens vont participer à la recherche. La question est de savoir si le fonds d'investissement de l'Eglise britannique, qui dispose de nombreux milliards, doit prendre des participations dans des firmes telles Amazon, Facebook et Google.Grâce à différents fonds, The Church of England possède quasiment 12 milliards de livres (14,1 milliards d'euros) qu'elle souhaite investir. Précédemment, l'Eglise a joué un rôle de pionnier dans le mouvement consistant à revendre des participations dans des entreprises ne respectant pas les règles éthiques et environnementales et ne faisant rien pour lutter contre le réchauffement climatique.La société mère de Google, Alphabet, a fait partie ces deux dernières années des participations en actions les plus rentables de The Church of England. Amazon figurait aussi sur cette liste en 2017. Cette entreprise - mais aussi d'autres firmes technologiques - ont cependant fait l'objet de critiques de la part des dirigeants de l'Eglise en raison de présumées évasions fiscales.