La chaîne ORF signale que la mesure autrichienne est entre-temps déjà d'application et qu'A1 a fourni des données télécoms anonymisées aux autorités du pays. Ces informations ne sont pas destinées à suivre les individus, puisqu'elles ont été rendues anonymes. Elles sont en fait utilisées pour mesurer la densité de la population dans certaines régions et pour vérifier si les mesures prises sont suivies d'effet.

Ce plan suscite des critiques en Autriche en raison de son impact sur le respect de la vie privée. Tant le parti social-démocrate autrichien (SPO) que le contrôleur autrichien du respect de la vie privée ont déjà exprimé leurs préoccupations à ce propos.

Etats-Unis

Aux Etats-Unis, le chercheur américain Andrew Schroeder utilise des données de localisations anonymisées de Facebook dans le même but. Il contrôle ainsi si les habitants de la Californie s'en tiennent à l'appel lancé en vue de limiter les contacts sociaux. Les données sont disponibles via le programme Data for Good de Facebook.

Cette attitude a été critiquée aux Etats-Unis aussi. L'American Civil Liberties Union notamment dénonce cette façon de faire.

Israël

En Israël, une technologie anti-terrorisme est exploitée pour lutter contre le coronavirus. En recourant à cette technologie, le gouvernement israélien espère détecter les gens qui sont entrés en contact avec des personnes contaminées.

Avner Pinchuk, un expert en respect de la vie privée lié à l'Association of Civil Rights en Israël, réagit de la façon suivante: "Je me fais du souci au sujet de cette annonce. Je comprends qu'on se trouve dans des circonstances uniques, mais une telle mesure me paraît aller trop loin."

En collaboration avec Dutch IT-Channel.

La chaîne ORF signale que la mesure autrichienne est entre-temps déjà d'application et qu'A1 a fourni des données télécoms anonymisées aux autorités du pays. Ces informations ne sont pas destinées à suivre les individus, puisqu'elles ont été rendues anonymes. Elles sont en fait utilisées pour mesurer la densité de la population dans certaines régions et pour vérifier si les mesures prises sont suivies d'effet.Ce plan suscite des critiques en Autriche en raison de son impact sur le respect de la vie privée. Tant le parti social-démocrate autrichien (SPO) que le contrôleur autrichien du respect de la vie privée ont déjà exprimé leurs préoccupations à ce propos.Etats-UnisAux Etats-Unis, le chercheur américain Andrew Schroeder utilise des données de localisations anonymisées de Facebook dans le même but. Il contrôle ainsi si les habitants de la Californie s'en tiennent à l'appel lancé en vue de limiter les contacts sociaux. Les données sont disponibles via le programme Data for Good de Facebook.Cette attitude a été critiquée aux Etats-Unis aussi. L'American Civil Liberties Union notamment dénonce cette façon de faire.IsraëlEn Israël, une technologie anti-terrorisme est exploitée pour lutter contre le coronavirus. En recourant à cette technologie, le gouvernement israélien espère détecter les gens qui sont entrés en contact avec des personnes contaminées.Avner Pinchuk, un expert en respect de la vie privée lié à l'Association of Civil Rights en Israël, réagit de la façon suivante: "Je me fais du souci au sujet de cette annonce. Je comprends qu'on se trouve dans des circonstances uniques, mais une telle mesure me paraît aller trop loin."En collaboration avec Dutch IT-Channel.