D'après la CMA, les particuliers et entrepreneurs qui souhaitent communiquer ou faire leur publicité en ligne peuvent très difficilement éviter de passer par Google et Facebook. Ces entreprises disposent ainsi d'un accès inégalé aux données de leurs utilisateurs, ce qui rend la concurrence presque impossible pour leurs rivales. La CMA dénonce également le fait que ces géants utilisent des paramètres par défaut qui mènent automatiquement les clients vers leurs produits et leurs services, écartant du même coup la concurrence.

Code de conduite

Selon la CMA, cette concentration du pouvoir entre les mains d'une poignée de grandes entreprises présente de grands inconvénients. Ainsi, les consommateurs et publicitaires opèrent avec des coûts plus élevés et ont moins leur mot à dire quant à l'usage de leurs données d'utilisation. Difficile, par exemple, de se passer de Google ou de Facebook même si on n'approuve pas leur politique de gestion des données.

La CMA propose notamment des règles qui obligeraient Google à partager avec ses concurrents les données de recherche et de navigation de ses consommateurs. Elle estime également que Facebook devrait laisser ses plates-formes (notamment Instagram et WhatsApp) collaborer efficacement avec d'autres réseaux sociaux. Enfin, elle plaide pour l'instauration d'un code de conduite qui empêcherait les "Big Tech" d'exploiter leur position de force.

D'après la CMA, les particuliers et entrepreneurs qui souhaitent communiquer ou faire leur publicité en ligne peuvent très difficilement éviter de passer par Google et Facebook. Ces entreprises disposent ainsi d'un accès inégalé aux données de leurs utilisateurs, ce qui rend la concurrence presque impossible pour leurs rivales. La CMA dénonce également le fait que ces géants utilisent des paramètres par défaut qui mènent automatiquement les clients vers leurs produits et leurs services, écartant du même coup la concurrence.Selon la CMA, cette concentration du pouvoir entre les mains d'une poignée de grandes entreprises présente de grands inconvénients. Ainsi, les consommateurs et publicitaires opèrent avec des coûts plus élevés et ont moins leur mot à dire quant à l'usage de leurs données d'utilisation. Difficile, par exemple, de se passer de Google ou de Facebook même si on n'approuve pas leur politique de gestion des données.La CMA propose notamment des règles qui obligeraient Google à partager avec ses concurrents les données de recherche et de navigation de ses consommateurs. Elle estime également que Facebook devrait laisser ses plates-formes (notamment Instagram et WhatsApp) collaborer efficacement avec d'autres réseaux sociaux. Enfin, elle plaide pour l'instauration d'un code de conduite qui empêcherait les "Big Tech" d'exploiter leur position de force.