La FTC veut savoir si Facebook, dont dépendent aussi WhatsApp et Instagram, a abusé de sa position dominante sur le marché pour évincer la concurrence. La source n'a pas été nommément citée, parce que l'enquête de la FTC est confidentielle.

Selon l'initié, aucune décision définitive n'a encore été prise sur ce que pourrait révéler l'enquête en cours. Pour en arriver à un procès, il faut qu'une majorité des cinq commissaires de la FTC vote dans ce but. Un tel procès représenterait une nouvelle étape importante dans la lutte que mène le gouvernement américain contre les géants technologiques, qui sont de plus en plus dans la ligne de mire de Washington en raison de leur position dominante sur le marché. Le ministère de la Justice se prépare du reste à mettre en accusation Alphabet, la société-mère de Google, d'ici quelques semaines. Facebook s'est abstenue de tout commentaire, de même que la FTC.

Le journal d'affaires The Wall Street Journal avait évoqué précédemment déjà un éventuel procès à l'encontre de Facebook. Mark Zuckerberg, le directeur de Facebook, avait le mois dernier été interrogé par la FTC dans le cadre de l'enquête. La FTC voulait savoir si Facebook, lors des rachats d'Instagram et de WhatsApp, avait enfreint la loi sur la concurrence. Lors d'une audition au Parlement américain en juin, conjointement avec d'autres patrons de firmes technologiques, Zuckerberg avait défendu les accords conclus et déclaré que Facebook devait affronter une concurrence féroce.

Les grandes firmes technologiques se trouvent toujours plus dans le viseur des autorités aux Etats-Unis. Mardi encore, une commission sénatoriale a prétendu que Google abusait de sa position sur le marché pour évincer la concurrence et acquérir ainsi encore plus de parts de marché.

La FTC veut savoir si Facebook, dont dépendent aussi WhatsApp et Instagram, a abusé de sa position dominante sur le marché pour évincer la concurrence. La source n'a pas été nommément citée, parce que l'enquête de la FTC est confidentielle.Selon l'initié, aucune décision définitive n'a encore été prise sur ce que pourrait révéler l'enquête en cours. Pour en arriver à un procès, il faut qu'une majorité des cinq commissaires de la FTC vote dans ce but. Un tel procès représenterait une nouvelle étape importante dans la lutte que mène le gouvernement américain contre les géants technologiques, qui sont de plus en plus dans la ligne de mire de Washington en raison de leur position dominante sur le marché. Le ministère de la Justice se prépare du reste à mettre en accusation Alphabet, la société-mère de Google, d'ici quelques semaines. Facebook s'est abstenue de tout commentaire, de même que la FTC.Le journal d'affaires The Wall Street Journal avait évoqué précédemment déjà un éventuel procès à l'encontre de Facebook. Mark Zuckerberg, le directeur de Facebook, avait le mois dernier été interrogé par la FTC dans le cadre de l'enquête. La FTC voulait savoir si Facebook, lors des rachats d'Instagram et de WhatsApp, avait enfreint la loi sur la concurrence. Lors d'une audition au Parlement américain en juin, conjointement avec d'autres patrons de firmes technologiques, Zuckerberg avait défendu les accords conclus et déclaré que Facebook devait affronter une concurrence féroce.Les grandes firmes technologiques se trouvent toujours plus dans le viseur des autorités aux Etats-Unis. Mardi encore, une commission sénatoriale a prétendu que Google abusait de sa position sur le marché pour évincer la concurrence et acquérir ainsi encore plus de parts de marché.