L'appli COVIDSafe, comme elle s'appelle, a été développée sur base d'un modèle créé à Singapour et recourt à la technologie Bluetooth des téléphones mobiles pour détecter si une personne s'est trouvée à moins d'1,5 mètre de quelqu'un infecté. Les données codées sont ensuite transférées aux autorités en charge de la santé publique. Voilà qui devrait permettre de détecter plus rapidement les chaînes de contamination. Les données sont stockées sur un serveur central en Australie.

Selon le gouvernement, l'appli exige quatre données de chaque utilisateur: son nom, son numéro de téléphone, son groupe d'âge et son code postal. 'L'appli ne collecte pas de géo-données, telles des coordonnées de localisation', a affirmé le ministre de la santé publique. Au bout de 21 jours, ces informations seraient supprimées des téléphones des utilisateurs.

L'appli COVIDSafe, comme elle s'appelle, a été développée sur base d'un modèle créé à Singapour et recourt à la technologie Bluetooth des téléphones mobiles pour détecter si une personne s'est trouvée à moins d'1,5 mètre de quelqu'un infecté. Les données codées sont ensuite transférées aux autorités en charge de la santé publique. Voilà qui devrait permettre de détecter plus rapidement les chaînes de contamination. Les données sont stockées sur un serveur central en Australie.Selon le gouvernement, l'appli exige quatre données de chaque utilisateur: son nom, son numéro de téléphone, son groupe d'âge et son code postal. 'L'appli ne collecte pas de géo-données, telles des coordonnées de localisation', a affirmé le ministre de la santé publique. Au bout de 21 jours, ces informations seraient supprimées des téléphones des utilisateurs.