Des années durant, les utilisateurs ont pu insérer sur leur profil toutes sortes de données sur eux-mêmes. Non seulement des choses courantes telles l'âge, mais aussi le poids, la taille, les préférences au lit et l'ethnicité. Dans l'écran de recherche, des correspondances potentielles peuvent ensuite être supprimées.

Tolérance zéro

L'appli est depuis des années déjà dans la ligne de mire, parce qu'une partie de ses utilisateurs s'en prend aux minorités. 'No blacks, no femmes, no Asians', peut-on par exemple lire sur un profil: femmes symbolise ici les homosexuels qui se comportent de manière 'féminine'. En même temps, Grindr veut faire valoir une image progressiste et déclare appliquer la tolérance zéro en matière de racisme et de propos haineux.

Récemment, l'entreprise a tweeté un message de soutien au mouvement Black Lives Matter et aux manifestations contre la violence policière aux Etats-Unis. Mais comme l'appli offre aussi l'option d'exclusion des gens de couleur des résultats de recherche, les réactions virulentes n'ont pas manqué. Grindr a supprimé le tweet en question et en a placé un nouveau, dans lequel elle promet d'effectuer des dons à des oeuvres charitables et d'éliminer le filtre ethnique dans la prochaine version de l'appli.

Des années durant, les utilisateurs ont pu insérer sur leur profil toutes sortes de données sur eux-mêmes. Non seulement des choses courantes telles l'âge, mais aussi le poids, la taille, les préférences au lit et l'ethnicité. Dans l'écran de recherche, des correspondances potentielles peuvent ensuite être supprimées.L'appli est depuis des années déjà dans la ligne de mire, parce qu'une partie de ses utilisateurs s'en prend aux minorités. 'No blacks, no femmes, no Asians', peut-on par exemple lire sur un profil: femmes symbolise ici les homosexuels qui se comportent de manière 'féminine'. En même temps, Grindr veut faire valoir une image progressiste et déclare appliquer la tolérance zéro en matière de racisme et de propos haineux.Récemment, l'entreprise a tweeté un message de soutien au mouvement Black Lives Matter et aux manifestations contre la violence policière aux Etats-Unis. Mais comme l'appli offre aussi l'option d'exclusion des gens de couleur des résultats de recherche, les réactions virulentes n'ont pas manqué. Grindr a supprimé le tweet en question et en a placé un nouveau, dans lequel elle promet d'effectuer des dons à des oeuvres charitables et d'éliminer le filtre ethnique dans la prochaine version de l'appli.