L'appli a déjà été téléchargée des millions de fois et est surtout populaires dans les Emirats Arabes Unis (EAU) et dans les états voisins. Dans ce pays, des services tels WhatsApp et Skype sont partiellement bloqués, mais pas ToTok.

Cette révélation a été faite par le New York Times qui se base sur des documents secrets émanant de collaborateurs du service de renseignements américain, et sur ses propres analyses. Le journal indique que ToTok est utilisé par les Emirats pour espionner ses citoyens.

Le propriétaire de ToTok est Breej Holding, mais toujours selon le journal, ce ne serait qu'une façade pour la firme de cyber-sécurité DarkMatter. L'appli aurait aussi des connexions avec Pax AI, une entreprise de datamining des Emirats Arabes Unis, qui dispose de bureaux au même endroit que le service de renseignements de ce pays.

Les firmes concernées ne se livrent à aucun commentaire au New York Times. Entre-temps, Google et Apple ont retiré l'appli du Play Store et de l'App Store.

L'appli a déjà été téléchargée des millions de fois et est surtout populaires dans les Emirats Arabes Unis (EAU) et dans les états voisins. Dans ce pays, des services tels WhatsApp et Skype sont partiellement bloqués, mais pas ToTok.Cette révélation a été faite par le New York Times qui se base sur des documents secrets émanant de collaborateurs du service de renseignements américain, et sur ses propres analyses. Le journal indique que ToTok est utilisé par les Emirats pour espionner ses citoyens.Le propriétaire de ToTok est Breej Holding, mais toujours selon le journal, ce ne serait qu'une façade pour la firme de cyber-sécurité DarkMatter. L'appli aurait aussi des connexions avec Pax AI, une entreprise de datamining des Emirats Arabes Unis, qui dispose de bureaux au même endroit que le service de renseignements de ce pays.Les firmes concernées ne se livrent à aucun commentaire au New York Times. Entre-temps, Google et Apple ont retiré l'appli du Play Store et de l'App Store.