Les journaux De Standaard et De Morgen révèlent qu'en échange de vos données, que CBC pourrait proposer de manière anonymisée à d'autres acteurs, on vous promet pas mal de remises ou d'accords spéciaux.

CBC déclare au journal De Standaard être transparente dans son approche et aider les clients à gagner du temps et de l'argent, mais en même temps, elle rend compliqué le refus de découvrir de la publicité dans une appli avec laquelle vous effectuez vos opérations bancaires.

Approbation dans l'appli, refus par mail

C'est ainsi qu'il très facile de donner l'autorisation dans l'appli même, mais pour refuser, il faut, selon les deux journaux, effectuer des recherches en profondeur dans les menus déroulants pour savoir comment faire: en envoyant un mail à CBC. Les possibilités numériques de CBC semblent donc surtout fonctionner dans une seule direction.

L'activiste en confidentialité Matthias Dobbelaere-Welvaert affirme dans De Standaard que la façon de faire de CBC enfreint potentiellement la réglementation européenne de protection des données (GDPR). C'est ainsi qu'approuver est d'une très grande facilité, alors que refuser s'avère nettement plus compliqué. L'avertissement, selon lequel certaines fonctions ne pourraient pas être accessibles, risque aussi d'apeurer certaines personnes, qui seraient alors tentées d'accepter les messages commerciaux de CBC.

Solliciter des données n'est pas sans risque

Ministry of Privacy, la fondation de défense de la confidentialité créée par Dobbelaere-Welvaert, propose entre-temps sur son site un formulaire vous permettant d'envoyer automatiquement un mail à CBC, afin de solliciter toutes vos données et de procéder automatiquement à un désengagement ('opt-out') de la publicité ou du traitement des données.

Data News se doit ici de lancer un sérieux avertissement. Pas tant à propos du formulaire, mais bien au sujet de la façon de faire de CBC. Dans un passé récent, votre serviteur, rédacteur chez Data News, avait effectué pareille requête auprès de CBC, par courriel, suite à un mail commercial indésirable. A l'époque, CBC avait réagi en expédiant par la poste toutes les données, en ce compris des informations financières.

Le hic, c'est que pour ce faire, CBC n'avait pas vérifié si l'adresse était encore correcte, ce qui fait que les données en question avaient abouti chez des inconnus. CBC avait à ce propos déclaré par la suite que la procédure avait été entre-temps adaptée, mais le risque existe donc que si vous voulez protéger votre confidentialité, la banque envoie vos données à une adresse incorrecte. La plainte GDPR que votre serviteur avait déposée à l'époque, est actuellement toujours en cours.

Les journaux De Standaard et De Morgen révèlent qu'en échange de vos données, que CBC pourrait proposer de manière anonymisée à d'autres acteurs, on vous promet pas mal de remises ou d'accords spéciaux.CBC déclare au journal De Standaard être transparente dans son approche et aider les clients à gagner du temps et de l'argent, mais en même temps, elle rend compliqué le refus de découvrir de la publicité dans une appli avec laquelle vous effectuez vos opérations bancaires.C'est ainsi qu'il très facile de donner l'autorisation dans l'appli même, mais pour refuser, il faut, selon les deux journaux, effectuer des recherches en profondeur dans les menus déroulants pour savoir comment faire: en envoyant un mail à CBC. Les possibilités numériques de CBC semblent donc surtout fonctionner dans une seule direction.L'activiste en confidentialité Matthias Dobbelaere-Welvaert affirme dans De Standaard que la façon de faire de CBC enfreint potentiellement la réglementation européenne de protection des données (GDPR). C'est ainsi qu'approuver est d'une très grande facilité, alors que refuser s'avère nettement plus compliqué. L'avertissement, selon lequel certaines fonctions ne pourraient pas être accessibles, risque aussi d'apeurer certaines personnes, qui seraient alors tentées d'accepter les messages commerciaux de CBC.Ministry of Privacy, la fondation de défense de la confidentialité créée par Dobbelaere-Welvaert, propose entre-temps sur son site un formulaire vous permettant d'envoyer automatiquement un mail à CBC, afin de solliciter toutes vos données et de procéder automatiquement à un désengagement ('opt-out') de la publicité ou du traitement des données.Data News se doit ici de lancer un sérieux avertissement. Pas tant à propos du formulaire, mais bien au sujet de la façon de faire de CBC. Dans un passé récent, votre serviteur, rédacteur chez Data News, avait effectué pareille requête auprès de CBC, par courriel, suite à un mail commercial indésirable. A l'époque, CBC avait réagi en expédiant par la poste toutes les données, en ce compris des informations financières.Le hic, c'est que pour ce faire, CBC n'avait pas vérifié si l'adresse était encore correcte, ce qui fait que les données en question avaient abouti chez des inconnus. CBC avait à ce propos déclaré par la suite que la procédure avait été entre-temps adaptée, mais le risque existe donc que si vous voulez protéger votre confidentialité, la banque envoie vos données à une adresse incorrecte. La plainte GDPR que votre serviteur avait déposée à l'époque, est actuellement toujours en cours.