Il y a quelques semaines, on apprenait que l'appli de scannage du CST dans l'horeca affichait potentiellement plus de données qu'autorisé. Quiconque optait dans l'appli pour le mode 'voyageur rentrant en Belgique' - le mode réservé aux services de police et aux douaniers -, pouvait ainsi visionner la date de naissance, le type de vaccin et la date de vaccination de quelqu'un.

Digitaal Vlaanderen, qui a développé l'appli, annonçait alors que les gens devaient surtout veiller à ce que le scanner ne se trouve pas dans le mode incorrect, mais à présent, l'appli a été adaptée, afin de ne plus afficher ce genre de données. Dans iOS ou Google Play, il n'est aujourd'hui plus possible de voir s'afficher le type de vaccin et la date de vaccination. Par contre, la date de naissance et le nom sont encore visibles. Précédemment, un son et un logo avaient déjà été ajoutés, afin qu'une personne scannée puisse mieux vérifier le mode dans lequel se trouve l'appareil.

A terme, on prévoit aussi une appli particulière pour les autorités dans le but de pouvoir visionner dans le détail le certificat de vaccination, notamment pour les voyageurs rentrants. Dans l'appli CovidScan, l'objectif est que le mode 'voyageur rentrant en Belgique' disparaisse à terme, même s'il ne fonctionne actuellement déjà plus de facto.

Suspension temporaire en cas de test positif

La façon dont l'appli traite les certificats (QR-codes) change aussi. Désormais, un certificat sera temporairement suspendu en cas de test positif, pour être de nouveau valable au bout de onze jours. C'est ainsi que ces onze derniers jours, nonante mille certificats ont déjà été suspendus. C'est possible en cas de fraude, de perte d'un certificat, mais donc temporairement aussi à cause d'un test positif.

De plus, les certificats suspendus seront davantage sécurisés, ce qui fait qu'une personne non autorisée ne pourra pas déduire d'un certificat la raison pour laquelle ce dernier a été suspendu. Un cryptage renforcé et le hashing seront ajoutés, afin que les personnes non autorisées éprouvent plus de difficultés à savoir si un certificat déterminé est suspendu ou non.

Il y a quelques semaines, on apprenait que l'appli de scannage du CST dans l'horeca affichait potentiellement plus de données qu'autorisé. Quiconque optait dans l'appli pour le mode 'voyageur rentrant en Belgique' - le mode réservé aux services de police et aux douaniers -, pouvait ainsi visionner la date de naissance, le type de vaccin et la date de vaccination de quelqu'un.Digitaal Vlaanderen, qui a développé l'appli, annonçait alors que les gens devaient surtout veiller à ce que le scanner ne se trouve pas dans le mode incorrect, mais à présent, l'appli a été adaptée, afin de ne plus afficher ce genre de données. Dans iOS ou Google Play, il n'est aujourd'hui plus possible de voir s'afficher le type de vaccin et la date de vaccination. Par contre, la date de naissance et le nom sont encore visibles. Précédemment, un son et un logo avaient déjà été ajoutés, afin qu'une personne scannée puisse mieux vérifier le mode dans lequel se trouve l'appareil.A terme, on prévoit aussi une appli particulière pour les autorités dans le but de pouvoir visionner dans le détail le certificat de vaccination, notamment pour les voyageurs rentrants. Dans l'appli CovidScan, l'objectif est que le mode 'voyageur rentrant en Belgique' disparaisse à terme, même s'il ne fonctionne actuellement déjà plus de facto.Suspension temporaire en cas de test positifLa façon dont l'appli traite les certificats (QR-codes) change aussi. Désormais, un certificat sera temporairement suspendu en cas de test positif, pour être de nouveau valable au bout de onze jours. C'est ainsi que ces onze derniers jours, nonante mille certificats ont déjà été suspendus. C'est possible en cas de fraude, de perte d'un certificat, mais donc temporairement aussi à cause d'un test positif.De plus, les certificats suspendus seront davantage sécurisés, ce qui fait qu'une personne non autorisée ne pourra pas déduire d'un certificat la raison pour laquelle ce dernier a été suspendu. Un cryptage renforcé et le hashing seront ajoutés, afin que les personnes non autorisées éprouvent plus de difficultés à savoir si un certificat déterminé est suspendu ou non.