Sur le montant total d'un demi-billion de dollars, plus de 85 pour cent ont abouti chez des développeurs d'applis et des entreprises tant petites que moyennes en dehors d'Apple. Le solde du montant a été conservé par le géant technologique à titre de commission.

Applis de m-commerce

Les applis de vente au détail se rangent sous le grand dénominateur 'applis de m-commerce', une catégorie qui, en 2019, représenta 413 milliards de dollars de rentrées. D'autres sources de chiffre d'affaires dans cette catégorie sont les applis de voyages telles Booking.com et Polarsteps (57 milliards de dollars), les applis de taxi comme Uber (40 milliards de dollars) et des applis de livraison de denrées alimentaires telles Picnic, ainsi que l'application d'Albert Heijn (31 milliards de dollars).

Les biens et services numériques ont engendré 61 milliards de dollars de chiffre d'affaires et de paiements. Cette catégorie se compose entre autres d'applis musicales ou de diffusion vidéo, de fitness, d'enseignement, d'e-books et de livres vocaux, d'actualités, de revues et de services de rencontres. Les jeux, le type d'appli le plus souvent téléchargé en 2019, a dans cette catégorie généré le plus de paiements et de chiffre d'affaires.

Annonces

Les ventes de publicités 'in-app' ont dans l'App Store représenté 45 milliards de dollars, dont 44 pour cent issus des jeux. D'autres applis générant un chiffre d'affaires substantiel en annonces 'in-app', comme Twitter et Pinterest, peuvent être souvent téléchargées et utilisées gratuitement. Pour d'autres applications encore en achats 'in-app', il faut nécessairement avoir accès au contenu, comme Amazon Prime Video et les e-books, ainsi que les livres vocaux de Kobo.

En raison des protocoles de distanciation sociale liés au coronavirus, Apple a enregistré aussi plusieurs modifications dans le comportement des consommateurs en matière d'applis. 'Les applis de livraison de repas et de denrées alimentaires ont profité d'une augmentation de la demande, alors que le chiffre d'affaires d'applis pour entreprises soumises à des restrictions ou pour lesquelles une interaction en direct était nécessaire, a fortement régressé', selon Apple.

Sur le montant total d'un demi-billion de dollars, plus de 85 pour cent ont abouti chez des développeurs d'applis et des entreprises tant petites que moyennes en dehors d'Apple. Le solde du montant a été conservé par le géant technologique à titre de commission.Les applis de vente au détail se rangent sous le grand dénominateur 'applis de m-commerce', une catégorie qui, en 2019, représenta 413 milliards de dollars de rentrées. D'autres sources de chiffre d'affaires dans cette catégorie sont les applis de voyages telles Booking.com et Polarsteps (57 milliards de dollars), les applis de taxi comme Uber (40 milliards de dollars) et des applis de livraison de denrées alimentaires telles Picnic, ainsi que l'application d'Albert Heijn (31 milliards de dollars).Les biens et services numériques ont engendré 61 milliards de dollars de chiffre d'affaires et de paiements. Cette catégorie se compose entre autres d'applis musicales ou de diffusion vidéo, de fitness, d'enseignement, d'e-books et de livres vocaux, d'actualités, de revues et de services de rencontres. Les jeux, le type d'appli le plus souvent téléchargé en 2019, a dans cette catégorie généré le plus de paiements et de chiffre d'affaires.Les ventes de publicités 'in-app' ont dans l'App Store représenté 45 milliards de dollars, dont 44 pour cent issus des jeux. D'autres applis générant un chiffre d'affaires substantiel en annonces 'in-app', comme Twitter et Pinterest, peuvent être souvent téléchargées et utilisées gratuitement. Pour d'autres applications encore en achats 'in-app', il faut nécessairement avoir accès au contenu, comme Amazon Prime Video et les e-books, ainsi que les livres vocaux de Kobo.En raison des protocoles de distanciation sociale liés au coronavirus, Apple a enregistré aussi plusieurs modifications dans le comportement des consommateurs en matière d'applis. 'Les applis de livraison de repas et de denrées alimentaires ont profité d'une augmentation de la demande, alors que le chiffre d'affaires d'applis pour entreprises soumises à des restrictions ou pour lesquelles une interaction en direct était nécessaire, a fortement régressé', selon Apple.