Il est une chose dont Geraerts est intimement convaincue: les gens l'emporteront toujours sur les ordinateurs. La crainte que les robots prennent bientôt le dessus sur l'être humain, n'est donc pas fondée, selon elle. "Nous sous-estimons le caractère unique de l'homme", déclare-t-elle sans détours. "Notre créativité et notre imagination sont quasiment sans limite, et nous possédons la capacité unique de penser de manière abstraite. Aucun algorithme ne peut rien contre les compétences que l'homme peut réunir en une puissance de raisonnement déterminée. Alors qu'un robot dispose plutôt d'une expertise et de la connaissance d'une niche spécifique, nous, les humains, sommes capables gérer une vision globale des choses.

Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux arguments utilisés par Geraerts pour expliquer pourquoi l'homme aura encore et toujours une longueur d'avance sur la technologie. La neuropsychologue n'envisage à tout le moins pas une lutte opposant les êtres humains et les robots. "Je pense précisément que la combinaison des deux sera incroyablement importante", ajoute-t-elle. "Mais la technologie devra à coup sûr être au service de l'homme. A présent, c'est plutôt l'inverse. Voyez toutes les péripéties que nous autorisons et qui sont déduites de chaque notification push sur notre smartphone. Le chimpanzé tapi dans notre cerveau réagit chaque fois à ces impulsions. De cette manière, notre capacité d'attention se réduit toujours plus, et nous perdons cette profondeur qui caractérise précisément l'être humain. Si nous continuons d'être permissifs à long terme, nous allons alors mordre la poussière.

Le 20 février, Elke Geraerts sera l'invitée de l'événement She Goes ICT, où elle viendra parler en long et en large de l'intelligence authentique. Réservez aujourd'hui encore votre place à She Goes ICT. Ce soir-là, nous dévoilerons qui sera cette fois l'ICT Woman of the Year et la Young ICT Lady of the Year. Toutes les informations se trouvent sur www.shegoesict.be.

DN
© DN

Apprendre toute sa vie durant

Mais cela n'arrivera pas, car contrairement à la technologie le plus intelligente, l'homme possède la volonté. S'il n'en tient qu'à Geraerts, il nous faudra l'exploiter au maximum, afin de ne pas céder à chaque péripétie aboutissant dans notre cerveau. "Ce n'est que si nous sommes capables de nous réinventer continuellement en tant qu'humain que nous emprunterons la voie qui s'impose."

Geraerts évoque plus spécifiquement l'importance d'apprendre toute sa vie durant, une faculté en faveur de laquelle elle plaide formellement. La numérisation force certaines personnes - en fonction du type de leur travail - à continuer de s'approfondir, alors que d'autres doivent se recycler dans la largeur. Ou pour l'écrire en termes de l'intelligence artificielle: il est temps de nous reprogrammer.

"Chaque fois que je visite une entreprise, j'entends parler de mises à niveau technologiques. Mais ce nouveau système SAP ne sera pas le différentiateur de votre entreprise. Avez-vous déjà réfléchi à l'optimalisation de votre capital humain? Votre équipe est-elle suffisamment diversifiée pour que votre entreprise ait aujourd'hui déjà les compétences qui seront nécessaires demain? Les superviseurs doivent être secoués en urgence et être conscients de devoir s'occuper non seulement de l'intelligence artificielle, mais aussi et surtout de l'intelligence authentique."

Voulez-vous en savoir plus?

Nous pouvons vous y aider! Elke Geraerts sera présente le 20 février à She Goes ICT, où elle parlera en long et en large de l'intelligence authentique. Réservez sans tarder votre place sur www.shegoesict.be.

Il est une chose dont Geraerts est intimement convaincue: les gens l'emporteront toujours sur les ordinateurs. La crainte que les robots prennent bientôt le dessus sur l'être humain, n'est donc pas fondée, selon elle. "Nous sous-estimons le caractère unique de l'homme", déclare-t-elle sans détours. "Notre créativité et notre imagination sont quasiment sans limite, et nous possédons la capacité unique de penser de manière abstraite. Aucun algorithme ne peut rien contre les compétences que l'homme peut réunir en une puissance de raisonnement déterminée. Alors qu'un robot dispose plutôt d'une expertise et de la connaissance d'une niche spécifique, nous, les humains, sommes capables gérer une vision globale des choses.Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux arguments utilisés par Geraerts pour expliquer pourquoi l'homme aura encore et toujours une longueur d'avance sur la technologie. La neuropsychologue n'envisage à tout le moins pas une lutte opposant les êtres humains et les robots. "Je pense précisément que la combinaison des deux sera incroyablement importante", ajoute-t-elle. "Mais la technologie devra à coup sûr être au service de l'homme. A présent, c'est plutôt l'inverse. Voyez toutes les péripéties que nous autorisons et qui sont déduites de chaque notification push sur notre smartphone. Le chimpanzé tapi dans notre cerveau réagit chaque fois à ces impulsions. De cette manière, notre capacité d'attention se réduit toujours plus, et nous perdons cette profondeur qui caractérise précisément l'être humain. Si nous continuons d'être permissifs à long terme, nous allons alors mordre la poussière.Mais cela n'arrivera pas, car contrairement à la technologie le plus intelligente, l'homme possède la volonté. S'il n'en tient qu'à Geraerts, il nous faudra l'exploiter au maximum, afin de ne pas céder à chaque péripétie aboutissant dans notre cerveau. "Ce n'est que si nous sommes capables de nous réinventer continuellement en tant qu'humain que nous emprunterons la voie qui s'impose."Geraerts évoque plus spécifiquement l'importance d'apprendre toute sa vie durant, une faculté en faveur de laquelle elle plaide formellement. La numérisation force certaines personnes - en fonction du type de leur travail - à continuer de s'approfondir, alors que d'autres doivent se recycler dans la largeur. Ou pour l'écrire en termes de l'intelligence artificielle: il est temps de nous reprogrammer."Chaque fois que je visite une entreprise, j'entends parler de mises à niveau technologiques. Mais ce nouveau système SAP ne sera pas le différentiateur de votre entreprise. Avez-vous déjà réfléchi à l'optimalisation de votre capital humain? Votre équipe est-elle suffisamment diversifiée pour que votre entreprise ait aujourd'hui déjà les compétences qui seront nécessaires demain? Les superviseurs doivent être secoués en urgence et être conscients de devoir s'occuper non seulement de l'intelligence artificielle, mais aussi et surtout de l'intelligence authentique."