L'entreprise finlandaise, qui a repris son homologue Alcatel-Lucent, a réalisé au cours des trois premiers mois de cette année un chiffre d'affaires de 5,6 milliards d'euros. La régression ainsi enregistrée est due au fait que nombre de fournisseurs télécoms sur des marchés importants comme les Etats-Unis et la Chine ne sont aujourd'hui pas encore tout à fait prêts à introduire leurs réseaux 4G permettant des connexions plus rapides et plus fiables.

En fusionnant avec Alcatel-Lucent, Nokia entend étoffer sa gamme de produits, à présent que la demande d'équipement réseautique diminue et que des concurrents tels Ericsson et Huawei ruent dans les brancards. Cette alliance de forces doit aussi générer des économies. Selon Nokia, ces dernières devraient être supérieures aux 900 millions d'euros précédemment estimés. (ANP/WK)

L'entreprise finlandaise, qui a repris son homologue Alcatel-Lucent, a réalisé au cours des trois premiers mois de cette année un chiffre d'affaires de 5,6 milliards d'euros. La régression ainsi enregistrée est due au fait que nombre de fournisseurs télécoms sur des marchés importants comme les Etats-Unis et la Chine ne sont aujourd'hui pas encore tout à fait prêts à introduire leurs réseaux 4G permettant des connexions plus rapides et plus fiables.En fusionnant avec Alcatel-Lucent, Nokia entend étoffer sa gamme de produits, à présent que la demande d'équipement réseautique diminue et que des concurrents tels Ericsson et Huawei ruent dans les brancards. Cette alliance de forces doit aussi générer des économies. Selon Nokia, ces dernières devraient être supérieures aux 900 millions d'euros précédemment estimés. (ANP/WK)