"À partir de la fin août, tous les fans de football, aussi bien ceux qui sont clients KBC que ceux qui ne le sont pas, pourront utiliser KBC Mobile pour voir les buts et les temps forts du match (pendant la rencontre et avec les commentaires, NDLR) et tous les résumés à la fin du week-end de football", explique la banque. Cette app sera la seule en Belgique à offrir ce service de 'Goal Alert'.

Les fans de football à Bruxelles et en Wallonie pourront également suivre les buts et les temps forts via les applications KBC Brussels Mobile et CBC Mobile.

"Avec 'Goal Alert', KBC veut offrir une solution conviviale au grand groupe de fans de football qui n'ont pas le temps de regarder un match complet, mais qui souhaitent suivre leur club préféré et/ou veulent avoir une vue d'ensemble de la compétition", justifie la banque.

Pour ceux qui disposent un compte KBC-Plus payant, 'Goal Alert' est inclus dans le prix. Les fans de football qui n'ont pas un tel compte ou qui ne sont pas clients paieront, selon la banque, un prix "très démocratique" pour ce service. Elle ne souhaite pas encore dévoiler le prix exact mais il est "juste en dessous du prix que vous payez lorsque vous commandez un cheeseburger une fois par mois dans un fast-food", confie la porte-parole Viviane Huybrecht.

Ce service non-financier n'est pas le premier que propose KBC. Depuis la mi-2018, l'institution financière s'est en effet lancée dans le 'beyond banking' avec la possibilité, par exemple, d'acheter des billets multi-voyages pour les transports publics, de payer le stationnement en rue, de commander des titres-services, ou encore de faire le plein sans sortir sa carte bancaire. Son application mobile a depuis lors été utilisée 2,7 millions de fois pour ce type de services non financiers.

"Les attentes des consommateurs évoluent rapidement. KBC souhaite que ses clients bénéficient de la plus large gamme de services possible, activés rapidement et facilement, directement à partir d'une application centrale, sans tracas et sans avoir à télécharger 10 applications différentes", appuie la banque.

Elle ne divulgue pas le montant des droits payés car il s'agit d'une "information sensible sur le plan de la concurrence".

"Nous savons qu'aujourd'hui, le football n'est pas seulement consommé de manière linéaire à la télévision, mais que de plus en plus de gens le regardent de manière numérique, de manière fragmentée, notamment les jeunes qui sont très axés sur le numérique", pointe de son côté Guillaume Collard, directeur d'Eleven Sports Belgique/Luxembourg, l'entreprise qui a acquis les droits du championnat pour cinq ans.

Selon elle, plusieurs candidats se sont manifestés pour les droits que la banque a pu acquérir. "Mais c'est KBC qui a le mieux réussi à convaincre, tant par son projet que financièrement", explique Jan Mosselmans, porte-parole d'Eleven Sports.

Ces dernières années, les droits des clips étaient détenus par différents acteurs, dont notamment les sites internet de certains journaux. La banque a cependant souhaité en avoir l'exclusivité et "a fait un sérieux effort", glisse-t-on encore chez Eleven.

Cette entreprise dit vouloir distribuer le plus largement possible le football belge. "Il est remarquable qu'une banque offre ce service, mais il s'adresse à un groupe cible que nous n'atteignons peut-être pas. Ce sont des spectateurs moins linéaires, qui ont souvent un deuxième écran - tablette, smartphone ou ordinateur portable."

Il y a une semaine, Orange avait annoncé avoir signé un accord avec Eleven Sports pour la distribution de la Jupiler Pro League durant cette période. L'opérateur est, pour le moment, le seul à avoir signé un tel accord de distribution des matches en direct. Des négociations sont toujours en cours avec Proximus, Voo et Telenet.

"Nous allons probablement pouvoir annoncer un nouvel accord dans les prochains jours", confie-t-on chez Eleven. Des discussions sont en outre en cours avec des chaînes concernant la diffusion des résumés, qui est jusqu'à présent l'apanage de la RTBF en Belgique francophone avec La Tribune.

"À partir de la fin août, tous les fans de football, aussi bien ceux qui sont clients KBC que ceux qui ne le sont pas, pourront utiliser KBC Mobile pour voir les buts et les temps forts du match (pendant la rencontre et avec les commentaires, NDLR) et tous les résumés à la fin du week-end de football", explique la banque. Cette app sera la seule en Belgique à offrir ce service de 'Goal Alert'.Les fans de football à Bruxelles et en Wallonie pourront également suivre les buts et les temps forts via les applications KBC Brussels Mobile et CBC Mobile."Avec 'Goal Alert', KBC veut offrir une solution conviviale au grand groupe de fans de football qui n'ont pas le temps de regarder un match complet, mais qui souhaitent suivre leur club préféré et/ou veulent avoir une vue d'ensemble de la compétition", justifie la banque.Pour ceux qui disposent un compte KBC-Plus payant, 'Goal Alert' est inclus dans le prix. Les fans de football qui n'ont pas un tel compte ou qui ne sont pas clients paieront, selon la banque, un prix "très démocratique" pour ce service. Elle ne souhaite pas encore dévoiler le prix exact mais il est "juste en dessous du prix que vous payez lorsque vous commandez un cheeseburger une fois par mois dans un fast-food", confie la porte-parole Viviane Huybrecht.Ce service non-financier n'est pas le premier que propose KBC. Depuis la mi-2018, l'institution financière s'est en effet lancée dans le 'beyond banking' avec la possibilité, par exemple, d'acheter des billets multi-voyages pour les transports publics, de payer le stationnement en rue, de commander des titres-services, ou encore de faire le plein sans sortir sa carte bancaire. Son application mobile a depuis lors été utilisée 2,7 millions de fois pour ce type de services non financiers."Les attentes des consommateurs évoluent rapidement. KBC souhaite que ses clients bénéficient de la plus large gamme de services possible, activés rapidement et facilement, directement à partir d'une application centrale, sans tracas et sans avoir à télécharger 10 applications différentes", appuie la banque.Elle ne divulgue pas le montant des droits payés car il s'agit d'une "information sensible sur le plan de la concurrence"."Nous savons qu'aujourd'hui, le football n'est pas seulement consommé de manière linéaire à la télévision, mais que de plus en plus de gens le regardent de manière numérique, de manière fragmentée, notamment les jeunes qui sont très axés sur le numérique", pointe de son côté Guillaume Collard, directeur d'Eleven Sports Belgique/Luxembourg, l'entreprise qui a acquis les droits du championnat pour cinq ans.Selon elle, plusieurs candidats se sont manifestés pour les droits que la banque a pu acquérir. "Mais c'est KBC qui a le mieux réussi à convaincre, tant par son projet que financièrement", explique Jan Mosselmans, porte-parole d'Eleven Sports.Ces dernières années, les droits des clips étaient détenus par différents acteurs, dont notamment les sites internet de certains journaux. La banque a cependant souhaité en avoir l'exclusivité et "a fait un sérieux effort", glisse-t-on encore chez Eleven.Cette entreprise dit vouloir distribuer le plus largement possible le football belge. "Il est remarquable qu'une banque offre ce service, mais il s'adresse à un groupe cible que nous n'atteignons peut-être pas. Ce sont des spectateurs moins linéaires, qui ont souvent un deuxième écran - tablette, smartphone ou ordinateur portable."Il y a une semaine, Orange avait annoncé avoir signé un accord avec Eleven Sports pour la distribution de la Jupiler Pro League durant cette période. L'opérateur est, pour le moment, le seul à avoir signé un tel accord de distribution des matches en direct. Des négociations sont toujours en cours avec Proximus, Voo et Telenet."Nous allons probablement pouvoir annoncer un nouvel accord dans les prochains jours", confie-t-on chez Eleven. Des discussions sont en outre en cours avec des chaînes concernant la diffusion des résumés, qui est jusqu'à présent l'apanage de la RTBF en Belgique francophone avec La Tribune.