Il s'agit d'un contrat-cadre que les deux acteurs ont décroché chez Smals, qui propose des services ICT communs aux institutions publiques et semi-publiques belges. C'est par son intermédiaire que Kaspersky Lab et Prodata Systems fourniront aux divers services publics de notre pays. Il en résulte que Smals pourra réduire le montant du contrat en raison des volumes à livrer. Pour Prodata, il sera plus facile de suivre une seule grande adjudication plutôt que plusieurs petites.

Le contrat revêt une valeur officielle de 810.000 euros. C'est en tout cas le montant que le gouvernement s'attend à verser. L'accord pourrait atteindre les 150.000 licences, même si le nombre réel (et donc attendu) serait nettement moindre. C'est ainsi que les services publics ne seront pas contraints d'acheter leurs logiciels via Smals. En outre, ils les utiliseront d'abord avec les licences existantes.

Kaspersky n'est pas le seul fournisseur à être impliqué dans ce contrat. Pour la sécurisation des environnements des centres de données virtuels, Prodata Systems fera en effet appel à des produits de TrendMicro. Prodata avait précédemment déjà accueilli l'OTAN et le Conseil européen comme clients. L'intégrateur a enregistré en 2013 un chiffre d'affaires de 24 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation d'un demi-million. Les données pour 2014 ne sont pas encore disponibles.

Il s'agit d'un contrat-cadre que les deux acteurs ont décroché chez Smals, qui propose des services ICT communs aux institutions publiques et semi-publiques belges. C'est par son intermédiaire que Kaspersky Lab et Prodata Systems fourniront aux divers services publics de notre pays. Il en résulte que Smals pourra réduire le montant du contrat en raison des volumes à livrer. Pour Prodata, il sera plus facile de suivre une seule grande adjudication plutôt que plusieurs petites.Le contrat revêt une valeur officielle de 810.000 euros. C'est en tout cas le montant que le gouvernement s'attend à verser. L'accord pourrait atteindre les 150.000 licences, même si le nombre réel (et donc attendu) serait nettement moindre. C'est ainsi que les services publics ne seront pas contraints d'acheter leurs logiciels via Smals. En outre, ils les utiliseront d'abord avec les licences existantes. Kaspersky n'est pas le seul fournisseur à être impliqué dans ce contrat. Pour la sécurisation des environnements des centres de données virtuels, Prodata Systems fera en effet appel à des produits de TrendMicro. Prodata avait précédemment déjà accueilli l'OTAN et le Conseil européen comme clients. L'intégrateur a enregistré en 2013 un chiffre d'affaires de 24 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation d'un demi-million. Les données pour 2014 ne sont pas encore disponibles.