De Mol intente une action en référé à l'encontre de Facebook. Il entend ainsi mettre fin aux fausses annonces reprenant son nom et sa photo. Ces publicités, dont des variantes circulent aussi avec les noms et photos de Flamands connus, promettent des gains spectaculaires en investissant dans des crypto-monnaies, mais ce n'est en fait rien d'autre qu'une escroquerie.

Les deux parties se sont retrouvées de nouveau face à face hier lundi, parce qu'elles n'étaient pas parvenues à trouver un arrangement, comme avait tenté de le faire une précédente audition en juin. De Mol était cette fois présent en personne au tribunal.

Il a déclaré qu'en intentant pareille action, il voulait éviter que d'autres personnes soient grugées par de telles fausses publicités. De Mol: "Je suis un Néerlandais connu, que je le veuille ou non. Dans le passé, on a écrit un nombre incroyable d'inepties sur moi, mais je n'ai jamais réagi, parce que cela ne concernait que ma personne. Dans le cas présent, cela touche des gens innocents, qui croient que je leur conseille d'investir dans quelque chose de précis. J'estime donc qu'il faut absolument intervenir. C'est à Facebook de le faire, mais elle ne le veut pas."

Facebook connaît très bien la problématique. Au début de cette année, l'entreprise avait ainsi déjà trouvé un arrangement dans une affaire similaire en Grande-Bretagne, où elle avait abusé du visage d'un présentateur pour lancer des annonces du même genre.

En Belgique aussi, surtout en Flandre, on voit régulièrement apparaître ce type de publicité utilisant notamment le nom et la photo de l'ancien coureur cycliste Eddy Planckaert ou du présentateur de Canal Z Stijn Wuyts. Assez étonnamment, des lecteurs ont déjà déclaré que s'ils signalaient ces annonces comme frauduleuses, ils recevaient parfois en retour la mention selon laquelle elles ne n'enfreignaient pas les règles en vigueur.