L'offre aurait été faite début novembre, lorsqu'il était clair que la Chine voulait interrompre l'entrée à la bourse d'Ant Financial.

C'est le mois passé qu'Ant Financial aurait dû connaître la plus importante entrée à la bourse de l'histoire. Quelques jours avant, les autorités chinoises décidèrent d'annuler l'opération. Elles invoquèrent pour cela un changement de réglementation, sans donner d'autres explications. Ma s'était en fait attiré la colère des autorités chinoises, lorsqu'il déclara en octobre pendant un discours qu'une campagne du président Xi Jinping limiterait l'innovation contre de trop grands risques financiers.

Selon The Wall Street Journal, Ant et Ma ont discuté avec des contrôleurs à propos de la date planifiée de l'entrée à la bourse. Le milliardaire chinois, qui fait aussi partie du magasin web et géant internet Alibaba, aurait fait amende honorable. Selon les initiés, Ma aurait déclaré que la Chine pouvait avoir "chaque plate-forme dont Ant disposait, si le pays en avait besoin".

Jusqu'à présent, la Chine n'a pas accepté l'offre. Le pays est depuis quelque temps déjà occupé à faire preuve de plus de rigueur vis-à-vis de grandes firmes technologiques telles Alibaba et Tencent. D'autres grandes entreprises encore font l'objet d'une attention supplémentaire depuis plusieurs années. C'est ainsi que le groupe immobilier Dalian Wanda et le conglomérat HNA, qui possédait entre autres des hôtels et des compagnies aériennes, ont été forcées de vendre des biens, afin de réduire leur endettement. Quant à l'assureur Anbang, il a même été repris par l'Etat.

L'offre aurait été faite début novembre, lorsqu'il était clair que la Chine voulait interrompre l'entrée à la bourse d'Ant Financial.C'est le mois passé qu'Ant Financial aurait dû connaître la plus importante entrée à la bourse de l'histoire. Quelques jours avant, les autorités chinoises décidèrent d'annuler l'opération. Elles invoquèrent pour cela un changement de réglementation, sans donner d'autres explications. Ma s'était en fait attiré la colère des autorités chinoises, lorsqu'il déclara en octobre pendant un discours qu'une campagne du président Xi Jinping limiterait l'innovation contre de trop grands risques financiers.Selon The Wall Street Journal, Ant et Ma ont discuté avec des contrôleurs à propos de la date planifiée de l'entrée à la bourse. Le milliardaire chinois, qui fait aussi partie du magasin web et géant internet Alibaba, aurait fait amende honorable. Selon les initiés, Ma aurait déclaré que la Chine pouvait avoir "chaque plate-forme dont Ant disposait, si le pays en avait besoin".Jusqu'à présent, la Chine n'a pas accepté l'offre. Le pays est depuis quelque temps déjà occupé à faire preuve de plus de rigueur vis-à-vis de grandes firmes technologiques telles Alibaba et Tencent. D'autres grandes entreprises encore font l'objet d'une attention supplémentaire depuis plusieurs années. C'est ainsi que le groupe immobilier Dalian Wanda et le conglomérat HNA, qui possédait entre autres des hôtels et des compagnies aériennes, ont été forcées de vendre des biens, afin de réduire leur endettement. Quant à l'assureur Anbang, il a même été repris par l'Etat.