Le centre de données belge d'Interxion sera dorénavant connecté à cinq Internet Exchanges. Interxion avait déjà conclu un accord d'appairage ('peering') avec BNIX (Belgian National Internet eXchange) et NL-IX (Neutral Internet Exchange in Nederland), auxquels viennent à présent s'ajouter les trois plus grands Internet Exchanges publics d'Europe: AMS-IX, LINX et DE-CIX. En outre, Interxion fait également appel à plus de 90 carriers.

"Cet appairage supplémentaire est important pour les clients, parce qu'il leur permettra d'effectuer des connexions plus rapides avec, par exemple, des fournisseurs 'cloud' publics non présents en Belgique. Cela les aidera à améliorer leurs prestations internet, à rendre leurs applications plus performantes et donc à accroître l'expérience des utilisateurs finaux", explique Frederik Dewulf. Mais il ne faut pas non plus perdre de vue une possible réduction des coûts. Les coûts du trafic de transit IP régresseront, et les clients auront aussi le contrôle complet du flux de trafic IP par le truchement d'un éventail de possibilités d'appairage. "Si des fournisseurs 'cloud' en vue tels Amazon ou Microsoft n'installent pas de centres de données propres en Belgique, cela représente pour nous une opportunité consistant à proposer aux clients belges une connexion aussi rapide et fiable que possible à ces nuages", conclut Dewulf.

Le centre de données belge d'Interxion sera dorénavant connecté à cinq Internet Exchanges. Interxion avait déjà conclu un accord d'appairage ('peering') avec BNIX (Belgian National Internet eXchange) et NL-IX (Neutral Internet Exchange in Nederland), auxquels viennent à présent s'ajouter les trois plus grands Internet Exchanges publics d'Europe: AMS-IX, LINX et DE-CIX. En outre, Interxion fait également appel à plus de 90 carriers."Cet appairage supplémentaire est important pour les clients, parce qu'il leur permettra d'effectuer des connexions plus rapides avec, par exemple, des fournisseurs 'cloud' publics non présents en Belgique. Cela les aidera à améliorer leurs prestations internet, à rendre leurs applications plus performantes et donc à accroître l'expérience des utilisateurs finaux", explique Frederik Dewulf. Mais il ne faut pas non plus perdre de vue une possible réduction des coûts. Les coûts du trafic de transit IP régresseront, et les clients auront aussi le contrôle complet du flux de trafic IP par le truchement d'un éventail de possibilités d'appairage. "Si des fournisseurs 'cloud' en vue tels Amazon ou Microsoft n'installent pas de centres de données propres en Belgique, cela représente pour nous une opportunité consistant à proposer aux clients belges une connexion aussi rapide et fiable que possible à ces nuages", conclut Dewulf.