L'enquête a vu le jour à la suite d'une plainte d'une femme auprès de la zone de police de Polder à l'automne 2021. La victime avait répondu à un faux SMS prétextant des problèmes de sécurité sur son compte Itsme. Cette fraude lui a fait perdre 2.300 euros. Les enquêteurs ont découvert que les messages n'étaient pas seulement envoyés par un groupe d'informaticiens. C'est un gang qui était organisé de sorte que certains achetaient les cartes SIM nécessaires aux fraudes pendant que d'autres recrutaient des "mules", c'est-à-dire des personnes dont le rôle est de transférer des liquidités perçues de manière illégale. Au moins 270.000 euros ont été volés au total lors de ces escroqueries par Whatsapp et SMS.

La police et le parquet ont constaté que le gang attirait les jeunes qui flambaient les profits d'origine criminelle dans le milieu de la nuit. "Ils exhibent des voitures de location coûteuses et des vêtements de marque, et séjournent dans des hôtels onéreux où ils invitent également des escortes", peut-on lire dans un communiqué de presse. Le nombre de violations de biens en ligne a triplé en 2020, selon la DGJ. "Nous demandons aux gens de ne pas répondre aux SMS ou aux e-mails suspects provenant d'un expéditeur inconnu. Les institutions gouvernementales et les banques ne communiquent jamais de cette manière", souligne le procureur Patty T'Jonck. Le juge d'instruction de Furnes a procédé à l'arrestation de tous les suspects interpellés pour l'instant, mais d'autres sont toujours activement recherchés.

L'enquête a vu le jour à la suite d'une plainte d'une femme auprès de la zone de police de Polder à l'automne 2021. La victime avait répondu à un faux SMS prétextant des problèmes de sécurité sur son compte Itsme. Cette fraude lui a fait perdre 2.300 euros. Les enquêteurs ont découvert que les messages n'étaient pas seulement envoyés par un groupe d'informaticiens. C'est un gang qui était organisé de sorte que certains achetaient les cartes SIM nécessaires aux fraudes pendant que d'autres recrutaient des "mules", c'est-à-dire des personnes dont le rôle est de transférer des liquidités perçues de manière illégale. Au moins 270.000 euros ont été volés au total lors de ces escroqueries par Whatsapp et SMS. La police et le parquet ont constaté que le gang attirait les jeunes qui flambaient les profits d'origine criminelle dans le milieu de la nuit. "Ils exhibent des voitures de location coûteuses et des vêtements de marque, et séjournent dans des hôtels onéreux où ils invitent également des escortes", peut-on lire dans un communiqué de presse. Le nombre de violations de biens en ligne a triplé en 2020, selon la DGJ. "Nous demandons aux gens de ne pas répondre aux SMS ou aux e-mails suspects provenant d'un expéditeur inconnu. Les institutions gouvernementales et les banques ne communiquent jamais de cette manière", souligne le procureur Patty T'Jonck. Le juge d'instruction de Furnes a procédé à l'arrestation de tous les suspects interpellés pour l'instant, mais d'autres sont toujours activement recherchés.