Les deux analyses diffèrent d'avis pour expliquer le succès de Firefox et de Safari, mais elles sont d'accord sur le fait que ces navigateurs progressent sur le marché américain aux dépens d'Internet Explorer. Selon Net Applications, l'utilisation de Firefox est passée en un an de 9,5 à 13,7 pour cent. Pour Safari, la croissance a été également sensible: de 3 à 4,7 pour cent.OneStat publie de son côté des chiffres moins radicaux. Selon ce cabinet d'analystes, la part de marché d'Internet Explorer a régressé en un an de 80,9 à 78,1 pour cent. Au niveau mondial, cela ne change pas grand-chose, selon OneStat, puisqu'Internet Explorer n'a cédé que 0,01 pour cent aux navigateurs concurrents.

Les deux analyses diffèrent d'avis pour expliquer le succès de Firefox et de Safari, mais elles sont d'accord sur le fait que ces navigateurs progressent sur le marché américain aux dépens d'Internet Explorer. Selon Net Applications, l'utilisation de Firefox est passée en un an de 9,5 à 13,7 pour cent. Pour Safari, la croissance a été également sensible: de 3 à 4,7 pour cent.OneStat publie de son côté des chiffres moins radicaux. Selon ce cabinet d'analystes, la part de marché d'Internet Explorer a régressé en un an de 80,9 à 78,1 pour cent. Au niveau mondial, cela ne change pas grand-chose, selon OneStat, puisqu'Internet Explorer n'a cédé que 0,01 pour cent aux navigateurs concurrents.