Il est question d'un laboratoire R&D couvrant 1,86 hectare (200.000 pieds carrés) qu'Intel ouvrira à Portland (Etats-Unis) afin de certifier, tester et exhiber sa gamme de centres de données en combinaison avec diverses techniques de refroidissement.

Dans le même temps, l'entreprise présente une solution de refroidissement et un concept de référence en matière d''immersion liquid cooling' à utiliser librement par d'autres. Tout cela fut développé par Intel à Taiwan. L'entreprise espère non seulement l'utiliser dans le monde entier, mais aussi que d'autres acteurs la rejoindront afin de créer un écosystème.

Intel
© Intel

Aujourd'hui, tant les ordinateurs ordinaires que les centres de données sont principalement refroidis par air. Or dans les centres de données, il est certain que le refroidissement représente un important poste de coûts énergétiques. Refroidir un centre de donnés de manière naturelle (parce qu'il est situé plus au nord par exemple) peut souvent faire une nette différence sur la facture d'électricité et donc aussi sur la rentabilité du centre de données.

Ce que veut faire Intel à présent, c'est plonger les composants dans des liquides non-conducteurs (donc pas l'eau), pendant qu'ils fonctionnent. Cela peut s'avérer plus efficient pour évacuer la chaleur des appareils et pour utiliser celle-ci éventuellement ailleurs (comme pour chauffer les bureaux ou habitations proches). La laboratoire ouvrira ses portes fin 2023, après quoi Intel y testera ses produits pour centres de données comme les puces Xeon et Optane, mais aussi les interfaces réseau, FPGA et commutateurs.

Il est question d'un laboratoire R&D couvrant 1,86 hectare (200.000 pieds carrés) qu'Intel ouvrira à Portland (Etats-Unis) afin de certifier, tester et exhiber sa gamme de centres de données en combinaison avec diverses techniques de refroidissement.Dans le même temps, l'entreprise présente une solution de refroidissement et un concept de référence en matière d''immersion liquid cooling' à utiliser librement par d'autres. Tout cela fut développé par Intel à Taiwan. L'entreprise espère non seulement l'utiliser dans le monde entier, mais aussi que d'autres acteurs la rejoindront afin de créer un écosystème.Aujourd'hui, tant les ordinateurs ordinaires que les centres de données sont principalement refroidis par air. Or dans les centres de données, il est certain que le refroidissement représente un important poste de coûts énergétiques. Refroidir un centre de donnés de manière naturelle (parce qu'il est situé plus au nord par exemple) peut souvent faire une nette différence sur la facture d'électricité et donc aussi sur la rentabilité du centre de données.Ce que veut faire Intel à présent, c'est plonger les composants dans des liquides non-conducteurs (donc pas l'eau), pendant qu'ils fonctionnent. Cela peut s'avérer plus efficient pour évacuer la chaleur des appareils et pour utiliser celle-ci éventuellement ailleurs (comme pour chauffer les bureaux ou habitations proches). La laboratoire ouvrira ses portes fin 2023, après quoi Intel y testera ses produits pour centres de données comme les puces Xeon et Optane, mais aussi les interfaces réseau, FPGA et commutateurs.