Une nouvelle fonction de recherche qui, comme il est de coutume, exploitait des mots-clés via l'intelligence artificielle (AI), semblait recommander aux utilisateurs souffrant de troubles alimentaires toutes sortes de régimes et de pratiques potentiellement nocives en vue de perdre du poids. La fonction de recherche conseillait par exemple automatiquement des termes tels 'coupe-faim et 'jeûne', ce qui n'était guère indiqué pour des gens qui avaient déjà du mal à s'accepter eux-mêmes. Selon un porte-parole de Facebook, la société-mère d'Instagram, c'était une erreur.

'Nous avons récemment déployé une nouvelle fonction de recherche sur Instagram, qui va plus loin que les hashtags et noms d'utilisateur, et qui permet de découvrir du contenu qui vous intéresse vraiment', déclare le porte-parole à la BBC. 'Grâce à cette nouvelle fonction, il est possible via la barre de recherche de recevoir des suggestions pour des sujets potentiellement intéressans.' Mais parmi les thèmes présentés, on trouve donc aussi les 'coupe-faim' et d'autres pratiques susceptibles de nuire à la santé. Le porte-parole affirme que le problème a entre-temps été résolu et que ces mots-clés ont été supprimés.

Santé mentale

En tant que réseau visuel ciblant surtout un public assez jeune, Instagram est depuis assez longtemps déjà aux prises avec la critique, selon laquelle l'appli ne convient pas pour la santé mentale, surtout pour l'image que les utilisateurs se font d'eux-mêmes. Un flux complet de personnes glamour, souvent d'une beauté irréaliste peut avoir un impact négatif, selon des chercheurs. Pour s'opposer à cela, Instagram applique de petits trucs tels la dissimulation de 'likes'. Le réseau s'était précédemment déjà vu aussi contraint d'interdire des images d'automutilation suite au suicide d'une jeune fille britannique.

Dans le même contexte, Instagram bannit également depuis pas mal de temps déjà toute publicité pour des produits de régime aux mineurs d'âge, ainsi que des messages 'faisant la promotion de l'anorexie'. Il s'agit par exemple de photos de femmes extrêmement maigres devant servir d'inspiration ou de 'thinspo' aux jeunes filles anorexiques. Les messages de régimes au sens plus large abordant par exemple le comptage des calories, ainsi que divers plannings de fitness et de pertes de poids sont encore tolérés, lorsqu'Instagram estime qu'ils soutiennent un mode de vie sain. La frontière entre les deux est cependant extrêmement ténue, ce qui apparaît clairement, lorsqu'un algorithme se met à proposer automatiquement des solutions de régime dans la barre de recherche à des personnes soufrant déjà de troubles alimentaires.

Une nouvelle fonction de recherche qui, comme il est de coutume, exploitait des mots-clés via l'intelligence artificielle (AI), semblait recommander aux utilisateurs souffrant de troubles alimentaires toutes sortes de régimes et de pratiques potentiellement nocives en vue de perdre du poids. La fonction de recherche conseillait par exemple automatiquement des termes tels 'coupe-faim et 'jeûne', ce qui n'était guère indiqué pour des gens qui avaient déjà du mal à s'accepter eux-mêmes. Selon un porte-parole de Facebook, la société-mère d'Instagram, c'était une erreur.'Nous avons récemment déployé une nouvelle fonction de recherche sur Instagram, qui va plus loin que les hashtags et noms d'utilisateur, et qui permet de découvrir du contenu qui vous intéresse vraiment', déclare le porte-parole à la BBC. 'Grâce à cette nouvelle fonction, il est possible via la barre de recherche de recevoir des suggestions pour des sujets potentiellement intéressans.' Mais parmi les thèmes présentés, on trouve donc aussi les 'coupe-faim' et d'autres pratiques susceptibles de nuire à la santé. Le porte-parole affirme que le problème a entre-temps été résolu et que ces mots-clés ont été supprimés.En tant que réseau visuel ciblant surtout un public assez jeune, Instagram est depuis assez longtemps déjà aux prises avec la critique, selon laquelle l'appli ne convient pas pour la santé mentale, surtout pour l'image que les utilisateurs se font d'eux-mêmes. Un flux complet de personnes glamour, souvent d'une beauté irréaliste peut avoir un impact négatif, selon des chercheurs. Pour s'opposer à cela, Instagram applique de petits trucs tels la dissimulation de 'likes'. Le réseau s'était précédemment déjà vu aussi contraint d'interdire des images d'automutilation suite au suicide d'une jeune fille britannique.Dans le même contexte, Instagram bannit également depuis pas mal de temps déjà toute publicité pour des produits de régime aux mineurs d'âge, ainsi que des messages 'faisant la promotion de l'anorexie'. Il s'agit par exemple de photos de femmes extrêmement maigres devant servir d'inspiration ou de 'thinspo' aux jeunes filles anorexiques. Les messages de régimes au sens plus large abordant par exemple le comptage des calories, ainsi que divers plannings de fitness et de pertes de poids sont encore tolérés, lorsqu'Instagram estime qu'ils soutiennent un mode de vie sain. La frontière entre les deux est cependant extrêmement ténue, ce qui apparaît clairement, lorsqu'un algorithme se met à proposer automatiquement des solutions de régime dans la barre de recherche à des personnes soufrant déjà de troubles alimentaires.