Le contrat porte sur la maintenance du réseau optique et de l'infrastructure réseautique IP de Belnet, en ce compris la fourniture de composantes et de services connexes pendant cinq ans. La nouveauté, c'est que dans le cadre de cette commande publique, Belnet fera aussi office de centrale d'achats pour les clients ayant montré leur intérêt au préalable. Il s'agira en tout de 34 bénéficiaires qui pourront - mais ne seront pas obligés - placer leurs commandes.

Réseau Ciena

Le contrat réseautique se compose de trois parties. Un premier est attribué à l'entreprise ICT d'origine néerlandaise Dynniq qui se chargera de la maintenance et de la poursuite des achats du réseau optique sur base de l'équipement de la firme américaine Ciena. Ce volet représente un montant de 7,5 millions d'euros, dont un demi-million (estimation) pour le compte d'un des clients de Belnet. L'INAMI est ici un client intéressé.

Infradata avec Nokia, Juniper et F5

Les deuxième et troisième volets sont alloués à Infradata: de nouveau un intégrateur ICT néerlandais, mais dont le centre de gravité a glissé vers la France suite à un rachat. Kris Verheye est depuis 2019 responsable des activités dans notre pays. "Ce contrat est un très bel incitant pour nous", déclare-t-il. Il est question ici de la maintenance et de l'achat d'infrastructures réseautiques optiques de Nokia et d'infrastructures IP de Juniper et F5 Networks. Belnet estime la montant de ces deux lots à 13 millions d'euros, mais estime en outre que les clients pourraient acquérir jusqu'à 8,5 millions d'euros de services et de produits en plus. Il s'agira ici de clients des secteurs de la recherche et de l'enseignement, mais aussi des gouvernements tant fédéral que locaux. La Défense et la province du Hainaut sont par exemple intéressés par de l'équipement Nokia.

Plus de 30 instances et pouvoirs publics - sur le plan tant fédéral, régional que local - veulent utiliser de l'équipement Juniper et F5, mais aussi des services de consultance via le contrat conclu avec Infradata et Belnet. L'avantage du principe d'une 'centrale d'achats', c'est qu'aucune nouvelle commande publique ne devra être passée par chaque client de Belnet: les clients pourront commander directement à partir du catalogue des produits et services. En principe, cela se traduira aussi par de meilleurs conditions et avantages d'échelle.

Le contrat porte sur la maintenance du réseau optique et de l'infrastructure réseautique IP de Belnet, en ce compris la fourniture de composantes et de services connexes pendant cinq ans. La nouveauté, c'est que dans le cadre de cette commande publique, Belnet fera aussi office de centrale d'achats pour les clients ayant montré leur intérêt au préalable. Il s'agira en tout de 34 bénéficiaires qui pourront - mais ne seront pas obligés - placer leurs commandes. Le contrat réseautique se compose de trois parties. Un premier est attribué à l'entreprise ICT d'origine néerlandaise Dynniq qui se chargera de la maintenance et de la poursuite des achats du réseau optique sur base de l'équipement de la firme américaine Ciena. Ce volet représente un montant de 7,5 millions d'euros, dont un demi-million (estimation) pour le compte d'un des clients de Belnet. L'INAMI est ici un client intéressé.Les deuxième et troisième volets sont alloués à Infradata: de nouveau un intégrateur ICT néerlandais, mais dont le centre de gravité a glissé vers la France suite à un rachat. Kris Verheye est depuis 2019 responsable des activités dans notre pays. "Ce contrat est un très bel incitant pour nous", déclare-t-il. Il est question ici de la maintenance et de l'achat d'infrastructures réseautiques optiques de Nokia et d'infrastructures IP de Juniper et F5 Networks. Belnet estime la montant de ces deux lots à 13 millions d'euros, mais estime en outre que les clients pourraient acquérir jusqu'à 8,5 millions d'euros de services et de produits en plus. Il s'agira ici de clients des secteurs de la recherche et de l'enseignement, mais aussi des gouvernements tant fédéral que locaux. La Défense et la province du Hainaut sont par exemple intéressés par de l'équipement Nokia.Plus de 30 instances et pouvoirs publics - sur le plan tant fédéral, régional que local - veulent utiliser de l'équipement Juniper et F5, mais aussi des services de consultance via le contrat conclu avec Infradata et Belnet. L'avantage du principe d'une 'centrale d'achats', c'est qu'aucune nouvelle commande publique ne devra être passée par chaque client de Belnet: les clients pourront commander directement à partir du catalogue des produits et services. En principe, cela se traduira aussi par de meilleurs conditions et avantages d'échelle.