La procédure succède à la demande de faillite d'Imtech Allemagne jeudi dernier. Ces derniers jours, Imtech n'a pas annoncé avoir conclu d'accord à propos d'un financement complémentaire. Il en résulte que la demande de protection était devenue indispensable et inévitable.

'En sollicitant un sursis de paiement, nous pouvons augmenter nos chances de voir des parties substantielles de l'Imtech Group poursuivre leurs activités dans l'intérêt de toutes les parties prenantes et, tout particulièrement, notre personnel', déclare-t-on au sein de l'entreprise. Le groupe Imtech, qui occupe 22.000 personnes, est aussi actif en Belgique. Selon le site web de la firme, il y aurait chez nous vingt filiales comptant plus de 1.000 collaborateurs.

Un rachat possible?

Entre-temps, l'entreprise Pon Holdings déclare vouloir racheter une partie d'Imtech, à savoir Imtech Marine qui, tout comme Pon, est active dans les secteurs maritime et offshore. Pon, l'une des plus grandes entreprises familiales des Pays-Bas, souhaiterait réaliser ce rachat conjointement avec la firme d'investissements Parcom. 'Si le rachat devient réalité, cela garantira une certaine sécurité parmi notre personnel, nos clients et nos fournisseurs', selon Pon.