Les 'superdatacenters' sont des entrepôts de données de plus de 400.000 m². Selon le Global Cloud Index annuel de Cisco, il en existe actuellement 259 dans le monde. D'ici 2020, ce nombre devrait atteindre les 485. Tous ces centres de données géants représenteront alors 53 pour cent du trafic global de l'informatique dans le nuage (cloud computing).

En outre, l'index nous apprend que l'utilisation de l'informatique dans le nuage continue d'avoir le vent en poupe. L'année dernière, ce trafic représentait 3,9 zetta-octets, selon Cisco. En 2020, il devrait s'établir à 14,1 zetta-octets. Par comparaison, Cisco mentionnait l'an dernier que l'informatique dans le nuage avait en 2014 représenté 3,4 zetta-octets et qu'elle serait de 10,4 zetta-octets en 2019.

Une grande partie de ce trafic proviendra de l'internet des choses (IoT), qui générera énormément de données, même si celles-ci ne seront pas forcément stockées durant une assez longue durée. La vidéo constitue un autre élément important. La vidéo à la demande par exemple, mais aussi les appels vidéo et les images sur les médias sociaux occuperont pas mal de place également sur nos réseaux ces prochaines années.

Les 'superdatacenters' sont des entrepôts de données de plus de 400.000 m². Selon le Global Cloud Index annuel de Cisco, il en existe actuellement 259 dans le monde. D'ici 2020, ce nombre devrait atteindre les 485. Tous ces centres de données géants représenteront alors 53 pour cent du trafic global de l'informatique dans le nuage (cloud computing).En outre, l'index nous apprend que l'utilisation de l'informatique dans le nuage continue d'avoir le vent en poupe. L'année dernière, ce trafic représentait 3,9 zetta-octets, selon Cisco. En 2020, il devrait s'établir à 14,1 zetta-octets. Par comparaison, Cisco mentionnait l'an dernier que l'informatique dans le nuage avait en 2014 représenté 3,4 zetta-octets et qu'elle serait de 10,4 zetta-octets en 2019.Une grande partie de ce trafic proviendra de l'internet des choses (IoT), qui générera énormément de données, même si celles-ci ne seront pas forcément stockées durant une assez longue durée. La vidéo constitue un autre élément important. La vidéo à la demande par exemple, mais aussi les appels vidéo et les images sur les médias sociaux occuperont pas mal de place également sur nos réseaux ces prochaines années.