L'outil avait été annoncé l'année dernière déjà lors de la conférence pour les développeurs F8 et ce, suite au scandale Cambridge Analytica de non-respect de la vie privée. Ensuite, le silence s'installa cependant longtemps sur la fonctionnalité annoncée, jusqu'à ce que l'entreprise signale en février qu'elle l'introduirait cette année encore.

Le sort en est à présent jeté. Facebook proposera dans un premier temps le bouton 'Off-Facebook Activity' en Irlande, en Corée du Sud et en Espagne. Dans les mois qui suivront, l'entreprise déploiera l'outil aussi dans le reste du monde.

Grâce à l'instrument, les utilisateurs pourront voir quelles données les autres applis et sites web partagent avec le site de socialisation par le truchement des outils commerciaux Facebook Pixel ou Facebook Login. "Supposons qu'un site web spécialisé veuille présenter des publicités à des gens intéressés par un nouveau type de chaussures", explique Facebook dans un communiqué posté sur son blog. "Il peut informer Facebook que quelqu'un a regardé ces chaussures sur un appareil déterminé. Si les renseignements concernant l'appareil utilisé correspondent au compte Facebook de quelqu'un, le site peut alors faire suivre des annonces sur lesdites chaussures à cette personne."

Dans 'Off-Facebook Activity', les utilisateurs pourront par conséquent dissocier ce genre de renseignements et décider de ne plus à l'avenir relier d'activités à son compte. "Nous supprimerons alors vos informations des données que les applis et sites web nous envoient", ajoute l'entreprise. "Nous ne saurons donc pas quels sites vous aurez visités ou ce que vous y aurez fait, et nous n'utiliserons aucune donnée que vous aurez dissociée, pour vous envoyer de manière ciblée des publicités sur Facebook, Instagram ou Messenger."

L'historique de navigation ne sera pas supprimé, mais seulement dissocié

Ce qui est important à signaler, c'est que les informations partagées ne seront pas supprimées. "Rien ne sera véritablement enlevé. Il s'agira d'une dissociation et pas d'une suppression", affirme Stéphanie Max, product manager chez Facebook. "Nous saurons donc que quelqu'un a cliqué sur une annonce, mais nous ne saurons plus qui." Selon elle, des mesures seront également prises en vue d'éviter que les informations dissociées soient de nouveau reliées à un utilisateur.

L'outil ne sera pas non plus un bloqueur de pub. "Vous continuerez de visionner les annonces publicitaires", conclut Max.