Chaque entreprise et institution publique avec laquelle Beltug parle, met la transformation numérique tout en haut de son agenda. Les différents gouvernements et l'Europe soulignent aussi l'importance de la numérisation pour l'économie. Des réseaux robustes, fiables et avant-gardistes sont ici un must.

Le passage de la 2G à la 3G fut une révolution. Avant cela, il était surtout question d'appels téléphonique et de SMS, alors qu'avec la 3G, la navigation, le partage de photos,... étaient rendus possibles. Le passage de la 4G vers la 5G ne sera pas moins révolutionnaire.

Il est plus que temps d'avoir un quatrième acteur pour le marché 5G professionnel

Avec la 5G,

  • Un grand nombre de communications simultanées sera possible. Les réseaux mobiles tomberont plus aussi rapidement en panne lors de catastrophes comme au Pukkelpop. Mais dans des circonstances normales, les flux de communications parallèles d'énormément de capteurs et d'autres applications IoT seront traités.
  • Il y aura des garanties de qualité pour la communication mobile. Les réseaux 4G ne consentent qu'un best effort, ce qui représente un monde de différence. Les opérateurs scinderont le réseau en plusieurs parties ayant chacune une autre configuration. A la communication entre une grue et les casques des ouvriers de chantier en vue d'arrêter temporairement le fonctionnement de l'engin, des exigences extra élevées sont posées, alors que tel n'est pas le cas pour une appli permettant de suivre les performances sportives.
  • des vitesses plus élevées seront possibles Un exemple concret: le transfert d'images vidéo via la 5G sera 100 fois plus rapide que via l'actuel réseau 4G.
  • comme il y a à peine du retard (latence), la 5G peut être utilisée pour la communication mobile précritique. La communication mobile entre machines, capteurs, applications,... est amenée à un niveau radicalement différent.

Les prévisions à propos du déploiement de la 5G sont un facteur qui intervient lors du choix d'un emplacement et pour investir dans un pays ou une région. La présence et la qualité des réseaux 5G deviendront des avantages et des inconvénients concurrentiels.

La façon dont les packs spectraux seront proposés influencera l'intérêt des émetteurs potentiels d'enchères. Travailler de manière réfléchie sera nécessaire, parce que le nouveau spectre sera attribué pour 20 ans. Autrement dit, les choix qui seront faits lors des enchères de la 5G, seront cruciaux pour la réussite de la numérisation en Belgique.

Un choix déterminant ici sera la manière dont sera organisée la concurrence avec et entre Proximus, Telenet et Orange.

L'arrivée d'un 'casseur de prix' sur le marché télécom à la consommation pourra à brève échéance générer une réduction des prix, mais freinera les lourds investissements qui s'imposent aux opérateurs télécoms: mise en place des réseaux 5G, déploiement de la fibre optique - la Belgique accuse ici un net retard - et défis à relever en cyber-sécurité.

La question est de savoir si un acteur supplémentaire sur le marché à la consommation sera intéressé d'investir dans l'installation d'un réseau 5G à part entière avec tous les rigoureux extras que la technologie offre, plutôt que de miser sur un internet plus rapide à grande échelle. Dans ce cas, le risque est bien réel de reporter dans le temps précisément les éléments qui rendent la 5G si intéressante. La possibilité d'une consolidation à l'avenir n'est pas non plus impensable, qui ferait qu'on en revienne à trois opérateurs.

La 5G pourra et fera la différence pour les entreprises, les cliniques, les ports, les universités et les instances publiques. De nouvelles applications aideront à offrir une réponse à toute une série de défis sociaux dans des domaines comme la mobilité, les soins de santé, la sécurité, la gestion énergétique, etc. La 5G offre un grand potentiel innovant et deviendra par conséquent immensément important pour le futur de notre économie. Il s'agit ici d'un marché en croissance offrant de l'espace à plusieurs et divers fournisseurs.

S'il y a plus de concurrence sur le marché professionnel, tous les utilisateurs belges - entreprises, instances publiques et consommateurs - en récolteront les fruits.

Voilà pourquoi, Beltug plaide pour l'arrivée d'un acteur supplémentaire sur le marché 5G B2B. S'il y a plus de concurrence sur le marché professionnel, tous les utilisateurs belges - entreprises, instances publiques et consommateurs - en récolteront les fruits.

Il faut de la concurrence ailleurs que sur le marché à la consommation, comme sur les parcs industriels et les zones hospitalières. En optant pour un acteur B2B, il n'est pas nécessaire d'installer un 4ème réseau à couverture nationale. Cela ne se justifie plus non plus pour des raisons d'impact écologique.

Beltug reçoit de ses membres de nombreuses questions à propos du timing de l'offre concrète du marché. On réfléchit activement à de nouvelles possibilités. Les opérateurs travaillent à présent avec des licences temporaires: c'est bien pour mettre en oeuvre des projets d'essai, mais cela ne convient pas pour concrétiser des investissements et des plans.

Cela fait 3 ans déjà que nous attendons le feu vert du départ. La Belgique risque de manquer le train.

Chaque entreprise et institution publique avec laquelle Beltug parle, met la transformation numérique tout en haut de son agenda. Les différents gouvernements et l'Europe soulignent aussi l'importance de la numérisation pour l'économie. Des réseaux robustes, fiables et avant-gardistes sont ici un must.Le passage de la 2G à la 3G fut une révolution. Avant cela, il était surtout question d'appels téléphonique et de SMS, alors qu'avec la 3G, la navigation, le partage de photos,... étaient rendus possibles. Le passage de la 4G vers la 5G ne sera pas moins révolutionnaire.Avec la 5G,Les prévisions à propos du déploiement de la 5G sont un facteur qui intervient lors du choix d'un emplacement et pour investir dans un pays ou une région. La présence et la qualité des réseaux 5G deviendront des avantages et des inconvénients concurrentiels.La façon dont les packs spectraux seront proposés influencera l'intérêt des émetteurs potentiels d'enchères. Travailler de manière réfléchie sera nécessaire, parce que le nouveau spectre sera attribué pour 20 ans. Autrement dit, les choix qui seront faits lors des enchères de la 5G, seront cruciaux pour la réussite de la numérisation en Belgique.Un choix déterminant ici sera la manière dont sera organisée la concurrence avec et entre Proximus, Telenet et Orange.L'arrivée d'un 'casseur de prix' sur le marché télécom à la consommation pourra à brève échéance générer une réduction des prix, mais freinera les lourds investissements qui s'imposent aux opérateurs télécoms: mise en place des réseaux 5G, déploiement de la fibre optique - la Belgique accuse ici un net retard - et défis à relever en cyber-sécurité.La question est de savoir si un acteur supplémentaire sur le marché à la consommation sera intéressé d'investir dans l'installation d'un réseau 5G à part entière avec tous les rigoureux extras que la technologie offre, plutôt que de miser sur un internet plus rapide à grande échelle. Dans ce cas, le risque est bien réel de reporter dans le temps précisément les éléments qui rendent la 5G si intéressante. La possibilité d'une consolidation à l'avenir n'est pas non plus impensable, qui ferait qu'on en revienne à trois opérateurs.La 5G pourra et fera la différence pour les entreprises, les cliniques, les ports, les universités et les instances publiques. De nouvelles applications aideront à offrir une réponse à toute une série de défis sociaux dans des domaines comme la mobilité, les soins de santé, la sécurité, la gestion énergétique, etc. La 5G offre un grand potentiel innovant et deviendra par conséquent immensément important pour le futur de notre économie. Il s'agit ici d'un marché en croissance offrant de l'espace à plusieurs et divers fournisseurs.Voilà pourquoi, Beltug plaide pour l'arrivée d'un acteur supplémentaire sur le marché 5G B2B. S'il y a plus de concurrence sur le marché professionnel, tous les utilisateurs belges - entreprises, instances publiques et consommateurs - en récolteront les fruits.Il faut de la concurrence ailleurs que sur le marché à la consommation, comme sur les parcs industriels et les zones hospitalières. En optant pour un acteur B2B, il n'est pas nécessaire d'installer un 4ème réseau à couverture nationale. Cela ne se justifie plus non plus pour des raisons d'impact écologique.Beltug reçoit de ses membres de nombreuses questions à propos du timing de l'offre concrète du marché. On réfléchit activement à de nouvelles possibilités. Les opérateurs travaillent à présent avec des licences temporaires: c'est bien pour mettre en oeuvre des projets d'essai, mais cela ne convient pas pour concrétiser des investissements et des plans.Cela fait 3 ans déjà que nous attendons le feu vert du départ. La Belgique risque de manquer le train.